BFM Business

Alstom à la conquête du marché russe

Le groupe français vient d'acheter 8% du fabricant de matériel ferroviaire TMH. Il détient ainsi 33% de son homologue russe.

Alstom se renforce en Russie. Le groupe français Alstom a annoncé débourser 54 millions d'euros pour monter à 33% sa participation dans Transmacholding (TMH), numéro un russe de la construction ferroviaire, dont il détenait 25% jusqu'ici.

"Alstom a conclu l'accord pour acquérir 8% d'actions supplémentaires dans (...) TMH auprès de (la société fédérale des chemins de fer) RZD pour un montant de 54 millions d'euros. Grâce à cette opération, Alstom a désormais une participation de 33% dans TMH et conservera deux sièges au sein de son conseil d'administration", selon un communiqué publié par l'industriel français. Alstom avait confirmé en juin dernier avoir entamé des discussions en vue d'augmenter sa part dans son partenaire pour le matériel roulant.

100.000 kilomètres de voies

Le groupe est candidat pour assembler les trains pour la première ligne à grande vitesse russe, dont RZD a confié la conception à un consortium chinois. Avec l'augmentation de cette participation dans TMH, les deux partenaires continueront à fournir des trains, et "assureront la livraison de projets ferroviaires clés en main, d'infrastructures et d'équipements de signalisation, ainsi que l'exportation de produits et de pièces", ajoute Alstom.

Une décision stratégique pour Alstom puisque la Russie possède l'un des réseaux ferrés les plus importants du monde. 100.000 kilomètres de voies. Et les trains sont vétustes. Les besoins sont donc importants. Moscou compte remplacer 20.000 locomotives d'ici 2030. Le consortium Alstom TMH a déjà été chargé d'en fournir près de 600. Sont concernés des trains de voyageurs et de marchandises, toutes motorisations confondues. Dans le partenariat avec TMH, Alstom apporte son savoir-faire. Les deux partenaires disposent d'un bureau d'étude et développement en Russie. Mais la fabrication du matériel reste assurée par le Russe. Derrière la modernisation du matériel existant Alstom à en ligne de mire un autre marché. Celui de la grande vitesse qui début à peine en Russie.

D. L. et M. S. avec AFP