BFM Business

Air France va supprimer 40% de son offre de vols domestiques d'ici 2021

En contre-partie du plan d'aide massif de 7 milliards d'euros annoncé par l'Etat, la compagnie s'est engagée dans une réorganisation drastique de ses vols domestiques, foyer de perte chronique.

Comme prévu, le couperet est tombé. Air France-KLM va réduire de 40% l'offre sur les vols nationaux français d'ici à 2021, avec la fermeture de plusieurs destinations, a annoncé le PDG de la compagnie aérienne Benjamin Smith lors de l'assemblée générale.

"Le réseau domestique va connaître une transformation accélérée", a-t-il déclaré lors de l'AG tenue mardi, une décision qui répond à une demande de l'Etat qui, après avoir avoir fourni à Air France un soutien financier de 7 milliards d'euros, lui avait demandé d'améliorer sa rentabilité et son impact environnemental, et d'entamer une réflexion sur son réseau en France qui génère des pertes chroniques (200 millions d'euros en 2019).

"La capacité va être réduite de 40% sur la période d’ici à 2021, avec la fermeture de destinations, lorsqu’il y a une alternative ferroviaire à moins de 2h30 et lorsque ce service n'alimente pas le hub de Roissy-Charles-De-Gaulle", a expliqué Benjamin Smith.

Quid du rôle de Transavia?

Air France n'a pas précisé le détail de ce plan, notamment quelles liaisons allaient être fermées ou transférées. On sait que le groupe prépare le transfert à Transavia, sa filiale low cost, la gestion d'une partie de ses vols domestiques (opérés jusque là par Hop!, sa filiale régionale). Une option qui est en cours de négociations avec les syndicats de pilotes. Concrètement, Transavia récupérerait des liaisons depuis Orly à destination de différentes villes françaises aujourd'hui assurées par la compagnie régionale Hop!.

Selon La Tribune, Air France conserverait l'exploitation des liaisons les plus juteuses de sa "Navette" (vols toutes les 30 minutes en heures de pointe vers 5 villes) à savoir Paris-Nice, Paris-Marseille et Paris-Toulouse. Si la compagnie entend conserver les trois premières, Transavia pourrait prendre en charge Paris-Montpellier d'autant plus que la compagnie low-cost y dispose d'une base opérationnelle.

Reste la question de Bordeaux qui est aujourd'hui accessible en un peu plus de deux heures en TGV. La fermeture de cette navette est sur la table, ce qui inquiète les responsables politiques de la région. 

Air France, dont l'activité a été quasiment mise à l'arrêt par la crise du coronavirus, accuse une perte nette de 1,8 milliard d'euros au premier trimestre et affiche des perspectives très sombres jusqu'au troisième trimestre.

OC avec AFP