BFM Business

Air France: le vote des salariés débute, de nouvelles grèves annoncées

Air France a déjà connu 11 jours de grève.

Air France a déjà connu 11 jours de grève. - Eric Piermont - AFP

La consultation des personnels sur les salaires se déroulera jusqu'au 4 mai. Les syndicats de pilotes, de leur côté, ont annoncé quatre jours de grève le mois prochain.

Trois syndicats de pilotes d'Air France ont annoncé mercredi avoir déposé un préavis de grève pour les 3, 4, 7 et 8 mai afin de peser dans les négociations pour les salaires. Ils ont été suivis ce jeudi par l'intersyndicale au complet.

"Il faut (...) continuer à mettre du poids sur nos revendications salariales", ont affirmé le SNPL (premier), le Spaf et Alter (non représentatif) dans un communiqué, assurant que l'objectif est "de signer un accord raisonnable pour tout le monde".

L'annonce de ces nouvelles journées de mobilisation, après déjà 11 jours de grève, à l'appel de syndicats de tous métiers, pilotes, stewards et hôtesses de l'air, personnels au sol, intervient alors qu'une consultation des salariés de la compagnie aérienne sur les propositions salariales de la direction débute ce jeudi.

La direction dénonce un "mépris" des salariés

La direction d'Air France a jugé "incompréhensibles" les nouveaux préavis de grève et dénoncé un "mépris" vis-à-vis des salariés.

Selon elle, les pilotes ont lancé cet appel en "ignorant volontairement la consultation des salariés lancée aujourd'hui, et suivant les prises de position extrêmes de certains dirigeants de ces organisations", écrit la direction de la compagnie, dans une référence voilée au président du SNPL Air France, Philippe Evain.

"Par cette décision de relancer des jours de grève supplémentaires, portant leur total à 15, ils font le choix de mettre encore plus en péril la situation économique de la compagnie et augmentent encore le risque d'abîmer profondément la confiance et la fidélité de nos clients", ajoute-t-elle.

Janaillac reçoit le soutien d'Edouard Philippe

Pour rappel, le patron d'Air France, Jean-Marc Janaillac, a mis sa démission dans la balance. Et a reçu le soutien d'Edouard Philippe ce jeudi.

"Je me dis que si la consultation qu'il a organisée ne donnait pas les résultats qu'ils espérait, et s'il en tirait les conséquences, j'inciterais volontiers tout le monde à boucler sa ceinture de sécurité parce ce que les turbulences à mon avis ne seraient pas minimes", a ainsi déclaré le Premier ministre sur Europe 1.

"Une entreprise qui verrait son patron partir dans ces conditions, je ne suis pas sûr qu'elle serait dans de bonnes conditions pour affronter la suite", a-t-il poursuivi. "Et c'est la responsabilité des salariés d'Air France".

La consultation des salariés, une "manoeuvre" de la direction

La direction propose une hausse de 2% des salaires cette année et de 5% supplémentaires sur trois ans. L'intersyndicale tous métiers réclame une augmentation générale des salaires de 5,1% dès cette année, au nom des efforts fournis ces dernières années.

Estimant que la consultation menée par la direction jusqu'au 4 mai est une "manoeuvre" qui "se substitue à de vraies discussions", les trois syndicats de pilotes préviennent qu'ils "iron(t) chercher ce rattrapage" pour "annuler le blocage de nos grilles de salaires depuis 2012".

A l'issue de plusieurs jours de négociations, l'intersyndicale tous métiers d'Air France avait d'une seule voix refusé la proposition de la direction le 19 avril et prévenu de nouvelles journées de grève en mai. Elle doit se réunir jeudi matin pour discuter de la suite à donner au mouvement entamé il y a deux mois.

Y.D. avec AFP