BFM Business

A400M: le mea culpa en forme d'accusation du patron d'Airbus

Tom Enders a mis en cause le moteur dans les différents retards et problèmes techniques liés à l'avion de transport militaire A400M.

Tom Enders a mis en cause le moteur dans les différents retards et problèmes techniques liés à l'avion de transport militaire A400M. - Airbus

"Tom Enders reconnaît des "erreurs énormes" liées au moteur de l'A400M, confié, selon lui, à un consortium "peu expérimenté". Et le patron d'Airbus juge que les gouvernements européens doivent aussi prendre leur part de leur responsabilité."

La direction d'Airbus a reconnu, pour la première fois, de graves errements industriels sur le programme de l'A400M. Tom Enders admet que des "erreurs énormes" expliquent les différents retards et problèmes techniques liés à la mise en production de cet avion de transport militaire, tout en rejetant une part de responsabilité sur les gouvernements européens.

Si, aujourd'hui, l'existence même de ce programme n'est pas remise en cause, avec 174 appareils commandés par 8 pays, le programme connaît toujours des difficultés. L'accident mortel survenu en Espagne en 2015 avait fini par donner à l'A400M l'étiquette d'avion "maudit" pour Airbus.

"Nous avons sous-estimé les problèmes de moteur et sommes rattrapés par ce péché originel", a déclaré Tom Enders dans un entretien publié dimanche 29 mai 2016, par l'édition dominicale du quotidien allemand Bild.

"Lors du démarrage du programme, nous nous sommes laissés convaincre par des chefs de gouvernement européens de renom de confier les moteurs à un consortium peu expérimenté tout en endossant nous-mêmes la responsabilité pour ce turbopropulseur d'un nouveau genre", a-t-il déclaré. "Cela a constitué deux énormes erreurs pour lesquelles nous devons vraiment payer" aujourd'hui, a-t-il ajouté.

Le consortium de 4 motoristes européens mis en cause

L'Europrop International TP400-D6, le moteur qui équipe l'A400M, est un turbopropulseur développé uniquement pour cet avion de transport militaire par un consortium européen constitué des motoristes allemand MTU Aero Engines, français Snecma, britannique Rolls-Royce et espagnol Industria de Turbo Propulsores (ITP). Le patron d'Airbus a aussi admis des "problèmes en interne" sur le projet.

Tom Enders met enfin en garde les gouvernements européens contre la tentation de chercher des alternatives à l'A400M, alors que Berlin et Paris sont de plus en plus irrités par les dépassements de budget et les retards de livraison des appareils.

"Ce serait un grande erreur d'abandonner" l'A400M "car cette machine a un potentiel énorme", a-t-il affirmé. Un jour l'appareil constituera "la colonne vertébrale des flottes de transport aérien en Europe" et sera exporté avec succès, a assuré Tom Enders. L'allusion vise directement les intentions prêtées au gouvernement allemand de quitter le programme. Celui-ci vient d'ailleurs de "sommer" Airbus de communiquer un plan précis pour résoudre les nouveaux problèmes de cet appareil.

F.Bergé avec AFP