BFM Business

Thibault Lanxade veut savoir s'il existe "un racket généralisé" au crédit d'impôt compétitivité

Thibault Lanxade, responsable des PME au Medef, met également en garde contre un racket au CICE.

Thibault Lanxade, responsable des PME au Medef, met également en garde contre un racket au CICE. - -

Thibault Lanxade, responsable des PME au sein du Medef, met en garde contre des pratiques frauduleuses concernant le crédit d’impôt compétitivité. Fin mai, Arnaud Montebourg avait déjà dénoncé un "racket" des grands groupes.

Les mises en garde sur les mauvaises pratiques avec la mise en place du crédit d’impôt compétitivité (CICE) se multiplient. Fin mai, Arnaud Montebourg dénonçait un "racket" des grands groupes, expression reprise la semaine dernière sur BFMTV par Benoît Hamon. Après le gouvernement, c’est désormais le Medef qui s’inquiète d'éventuelles fraudes au CICE.

Entreprises "peu scrupuleuses"

Selon Thibault Lanxade, le responsable des PME au Medef, plusieurs dizaines de PME et TPE se plaignent de mauvaises pratiques. Les grands groupes leur demanderaient d’abaisser leurs factures, car elles bénéficient du crédit d’impôt compétitivité.

"Il faut savoir si ce sont des politiques délibérées de grands groupes ou des actes isolés de management (…) et essayer de comprendre dans quel segment cela se passe exactement", explique Thibault Lanxade.

Le responsable des PME au sein du Medef, qui était en visite dans le Béarn, ce dimanche, cite le cas de courriers "tout à fait surprenants et assez gonflés de la part d’entreprises peu scrupuleuses". "Il faut essayer de comprendre l’étendue du problème, de savoir si c’est un racket généralisé ou non".

"Une pression par un certain nombre de grands groupes"

Invité de BFM TV et RMC, jeudi 18 juillet, Benoît Hamon a également dénoncé "une pression qui est faite par un certain nombre de grands groupes privés sur les PME pour baisser leur prix, en raison du crédit d’impôt, alors même que ces grands groupes bénéficient aussi du crédit d’impôt".

Pour le ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire, "un certain nombre de PME sont victimes d’une forme de racket au crédit d’impôt", pour lequel 20 milliards d’euros ont été débloqués.

Fin mai, Arnaud Montebourg dénoncait déjà ce "racket au CICE", qui est "une nouvelle traduction de ce rapport de force déséquilibré entre donneurs d'ordres et sous-traitants".

Pour le ministre du Redressement Productif, "il n'est pas question que ce crédit d'impôt, qui a pour objectif d'aller vers l'appareil productif en difficulté, et d'aider d'abord les PME et les ETI en recherche de croissance, puisse finalement filer vers les grands groupes". 

BFMbusiness.com