BFM Business

ZTE n’échappe pas au marasme des équipementiers télécoms

Comme les autres équipementiers télécoms, le Chinois ZTE pâtit de la conjoncture

Comme les autres équipementiers télécoms, le Chinois ZTE pâtit de la conjoncture - -

Le groupe chinois a publié un avertissement sur résultats, ce lundi 21 octobre. Une annonce qui atteste, une fois de plus, des difficultés auxquelles est confronté le secteur.

Profit warning chez ZTE. L'équipementier télécoms chinois a averti, ce lundi 21 janvier, qu'il affichera une perte annuelle qui pourrait monter jusqu'à 350 millions d'euros pour 2012. Une illustration des difficultés actuelles que rencontrent les équipementiers télécoms.

On ne reviendra pas sur le cas Alcatel, dont on connaît les difficultés, mais ce que montre cette annonce, c'est que le secteur, dans son ensemble, souffre. Même les Chinois ont la vie dure ! Dans le cas de ZTE, ce sont des retards dans plusieurs projets mais aussi des non-renouvellements de contrats qui expliquent ce profit warning...

Les opérateurs sont devenus frileux

Globalement, les équipementiers télécoms, sont touchés par ricochet, alors que les opérateurs mobiles, leurs clients, sont plutôt frileux, notamment en Europe, contexte économique oblige. La conséquence de tout cela, c'est l'effondrement des prix, et donc des marges des équipementiers, car les contrats sont moins nombreux et les opérateurs plus exigeants.

C'est d'autant plus paradoxal que les investissements devraient être au beau fixe, avec l'arrivée de la 4G, les réseaux de dernière génération, un peu partout dans le monde. Le seul à vraiment tirer son épingle du jeu, est Huawei, un autre chinois, qui vient d'annoncer une hausse de son bénéfice net de 33%.

Le groupe tire notamment bénéfice de sa taille, qui lui permet de négocier beaucoup plus fermement avec les opérateurs que des groupes plus petits comme ZTE ou Alcatel. Mais là encore les marges se réduisent.

Anthony Morel