BFM Business

Yahoo: 3 milliards de comptes touchés par la cyberattaque de 2013

La cyber-attaque de 2013 a affecté l'ensemble des 3 milliards de comptes.

La cyber-attaque de 2013 a affecté l'ensemble des 3 milliards de comptes. - Justin Sullivan - AFP

En 2013, Yahoo a été victime d'une cyberattaque, la plus importante de l'histoire. Le groupe pensait qu'un milliard de comptes étaient touchés. En fait, ce sont trois milliards de comptes qui ont été affectés.

Yahoo! a annoncé que la cyberattaque massive, la plus importante de l'histoire, dont il a été victime en 2013 a affecté l'ensemble des 3 milliards de comptes d'utilisateurs et non pas seulement 1 milliard comme initialement annoncé. "Yahoo! envoie des notifications par email aux autres comptes d'utilisateurs affectés", écrit dans un communiqué le groupe, propriété désormais de l'opérateur télécoms américain Verizon.

Il assure que les pirates informatiques n'ont volé ni les mots de passe, ni les données bancaires, ni les informations liées aux moyens de paiement auxquels les propriétaires des comptes ont recours.

Ampleur plus importante que prévu

L'affaire a failli remettre en question le rachat du coeur de métier de Yahoo! par le géant des télécoms Verizon, qui a finalement obtenu de payer moins cher: 4,48 milliards de dollars au lieu de 4,83 milliards. Ce sont des enquêtes effectuées par des experts indépendants après l'intégration de Yahoo! dans Verizon qui ont permis de découvrir que l'ampleur de la cyber-attaque était beaucoup plus importante que ce qui avait été révélé jusqu'ici, indique Yahoo! rebaptisé depuis Oath. "L'entreprise continue de travailler étroitement avec les forces de l'ordre", poursuit-elle, assurant prendre "toutes les mesures nécessaires" pour garantir la sécurité de ses utilisateurs.

Les nouvelles annonces interviennent dans un contexte de polémique continue aux États-Unis sur des ingérences de Moscou dans l'élection américaine l'an dernier afin de favoriser Donald Trump, notamment via un piratage du parti démocrate de Hillary Clinton. Les services de renseignements américains accusent également les Russes de piratage de systèmes informatiques aux États-Unis.

D. L. avec AFP