BFM Business

Quand PSA propose d'espionner les voitures de fonction

La géolocalisation des véhicules de fonction est encadrée très précisément par la Cnil.

La géolocalisation des véhicules de fonction est encadrée très précisément par la Cnil. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pour séduire davantage la clientèle professionnelle, le constructeur s'apprête à présenter une nouvelle offre aux entreprises. Elle leur permettra de surveiller leurs salariés dans leur voiture de fonction.

Quand la voiture se transforme en Big Brother! Votre patron saura bientôt tout de vos déplacements. PSA va, en effet, proposer à sa clientèle professionnelle d'installer, dès la conception des voitures, un boîtier communicant.

De la consommation de carburant au nombre de kilomètres parcourus, en passant par la géolocalisation du véhicule: l'entreprise disposera de toutes ces informations en temps réel.

Ce système va permettre aux professionnels d'optimiser leurs flottes d'entreprises, et donc de réaliser des économies. C'est en tout cas l'argument mis en avant par PSA qui souhaite augmenter sa part de marché auprès des professionnels. Une manière de compenser la faiblesse des ventes aux particuliers, et donc de faire tourner les usines.

Des règles à respecter, dit la CNIL

Attention toutefois, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) encadre précisément ce type de dispositif. L'institution garante du respect des données personnelles des individus indique que les employeurs ne peuvent surveiller les véhicules professionnels qu'à certaines conditions.

Les entreprises doivent ainsi en informer la Cnil (et leurs salariés) au préalable. Si "l'employé dispose d'une liberté dans l'organisation de ses déplacements", s'il est affilié à un syndicat ou titulaire d'un mandat électif, il doit alors être exempté.

La géolocalisation doit en outre être désactivée "en dehors des horaires de travail", peut-on lire sur le site de l'institution. Enfin, un tel dispositif ne peut en aucun cas "permettre la collecte d’informations concernant les éventuels dépassements des limitations de vitesse". Et bien sûr, les données recueillies doivent rester confidentielles, et stockées pour une durée limitée.

Mathieu Sevin et BFMbusiness.com