BFM Business

Quand le luxe s’empare de la voiture électrique

Matthias Muller, PDG de Porsche, promet de créer l’électrique la plus sportive du monde. Faut-il préciser que ce message s’adresse à Elon Musk?

Matthias Muller, PDG de Porsche, promet de créer l’électrique la plus sportive du monde. Faut-il préciser que ce message s’adresse à Elon Musk? - Thomas Kienzle (AFP)

Tesla est le leader incontesté des voitures de sport 100% électriques. Normal, c’est le seul, ou presque. Porsche prépare pour 2020 un modèle qu’il présente déjà comme “le plus sportif du monde”.

Dans l’industrie automobile, il faut prendre son temps et éviter de se précipiter sur toutes les innovations. Dans ce secteur, les erreurs peuvent coûter cher.

Il faudra donc attendre encore un peu pour assister à la réplique que les Allemands feront à l’Américain Tesla qui s’est lancé il y a déjà 12 ans. C’était en 2003. Et celui qui pense être le plus légitime pour croiser le fer avec l’américain est Porsche qui annonce dans Les Échos qu’il lancera une sportive électrique pour la fin de la décennie.

Pour le moment, le constructeur de Stuttgart est entré timidement dans l’électrique. Son catalogue propose trois modèles hybrides dans le grand public (Cayenne, Panamera et 918 Spyder) et un en compétition avec la 919 Hybride.

Mais à ce jour, pas l’ombre d’une version électrique. "On pourra en dire plus dans un an", indique Matthias Mueller, PDG de Porsche. En attendant, le dirigeant promet de créer l’électrique "la plus sportive du monde". Faut-il préciser que ce message s’adresse à Elon Musk, fondateur et dirigeant de Tesla Motors.

Mais d'ici là, beaucoup de choses peuvent se passer dans un domaine où les technologies sont au centre.

L'avance de Tesla sera difficile à rattraper

Lancée en 2012, la Model S de Tesla s’est déjà arrogé la 5e place sur le podium des voitures électriques le plus vendues au monde. Le constructeur américain a revendiqué la vente de 328 exemplaires de ce modèle vendu 60.000 euros et cela, malgré la faiblesse de son réseau de distribution.

Elon Musk ne compte pas s'arrêter là. Il affirme que d'ici 2025, il aura vendu "plusieurs millions" de ses voitures. Et ces intentions semblent de plus en plus réalistes.

En plus de son design et de ses performances sportives, sa qualité première repose sur son autonomie qui lui permet de parcourir 500 kilomètres avant de recharger ses batteries. Et pour cela, il développe un réseau doté de "superchargeurs", qui permettront de faire un plein en moins d’une heure.

Le pari n’est donc pas gagné pour Porsche, même s’il dispose d’un réseau de concessionnaires importants dans le monde. Car, si les points de vente sont importants, les stations de recharge le sont plus encore. Et, sur ce point éminemment stratégique, Matthias Muller n’a pas dit un mot.

Le groupe allemand discute-t-il avec Apple, qui relance le projet iCar, pour devenir l'un des clients de la ferme solaire qu'il crée en Californie ? Peut-être, car les deux marques ont un concurrent commun : Tesla.

Pascal Samama