BFM Business

Pourquoi Parrot multiplie les rachats de fabricants de drones

Après avoir conquis le grand public avec ses AR.Drone, Parrot veut s'envoler sur le marché des drones civils professionnels dont les ventes devraient doubler d'ici 2025

Après avoir conquis le grand public avec ses AR.Drone, Parrot veut s'envoler sur le marché des drones civils professionnels dont les ventes devraient doubler d'ici 2025 - Robyn Beck - AFP

Le fabricant français de drone de loisirs a annoncé ce lundi le rachat d'une société spécialisée dans les appareils pour le monde agricole. Après les jouets, Parrot se tourne de plus en plus vers le prometteur marché du drone professionnel.

Depuis quelques mois, Parrot a un appétit d'ogre. Le pionnier français des drones de loisir (les fameux AR.Drones qui se pilotent depuis un smartphone ou une tablette) multiplie les rachats dans le secteur. Objectif: élargir sa cible historique grand public pour s’attaquer aux professionnels.

En l’occurrence le monde agricole. Parrot a annoncé son intention de passer de 21,1% à 53,13% d'Airinov, une société spécialisée dans les drones pour l’agriculture. Entré dans Airinov fin 2013, Parrot va apporter 6,1 millions d'euros en augmentation de capital pour financer son développement. Le groupe fondé par Henri Seydoux va aussi racheter pour 1,4 million d'euros de parts d'actionnaires minoritaires historiques, détaille la société dans un communiqué. Airinov a réalisé 1,4 million d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et survolé plus de 20.000 hectares au cours de la saison 2013-2014.

1,5 million de drones pour Parrot

Le monde agricole donc pour Parrot mais aussi la sécurité. La société prévoit de porter sa participation à 68% dans EOS Innovation, un développeur d'un robot mobile de surveillance fondé en 2010, dans lequel il possède 33,4% du capital depuis fin 2013. Parrot, qui a vendu plus de 1,5 million de drones dans le monde, avait déjà acquis en 2012 l'entreprise suisse sensFly qui conçoit des ailes ultralégères et autonomes pour la cartographie. 

Les ventes de drones "pro" vont exploser

Les drones sont donc l’objectif numéro 1 de Parrot, une société qui a connu de multiples transformations. Spécialisée dans les années 2000 dans les produits électroniques pour automobiles (notamment les kits mains-libres), la société avait été créée en 1994 pour proposer des services de reconnaissance vocale, notamment à destination des personnes non voyantes.

La marque, numéro 2 mondial des drones grand public derrière le chinois DJI, veut prendre du poids dans le BtoB, des marchés estimés à 6,4 milliards de dollars par le cabinet Teal Group et qui devraient doubler d'ici 2025. Un secteur prometteur donc, mais encore très éclaté puisque le leader mondial, l'allemand Microdrones ne revendique qu'un millier d'unités vendues depuis 2005.

Frédéric Bianchi