BFM Business

Philips créé un centre de recherche en intelligence artificielle en France

-

- - Koen Van Weel - AFP

Le géant industriel qui s'est spécialisé dans la santé a annoncé ce mardi l'ouverture d'un centre dédié à la recherche en IA pour des applications médicales en région parisienne.

Le géant industriel néerlandais Philips, désormais recentré sur des marchés liés à la santé, a annoncé mardi la création en France d'un "centre d'expertise" en intelligence artificielle dédiée à l'imagerie médicale, la génomique et l'accompagnement de start-up françaises du secteur.

Installé dans des locaux existants au siège de Philips France à Suresnes (Hauts-de-Seine), ce centre aura vocation à "multiplier des collaborations" avec des partenaires académiques, hospitaliers, industriels ou encore des incubateurs de start-up, selon un communiqué du groupe.

Il devrait accueillir d'ici deux ans 50 chercheurs, ingénieurs ou encore chefs de projets de développement clinique dans les maladies cardiovasculaires, l'oncologie et les maladies rares, impliquant une dizaine de recrutements externes, a précisé Nicolas Villain, directeur du département Recherche chez Philips France.

1,5 milliard d'euros de crédits publics

Ce pôle complètera le réseau mondial de centres d'innovation du groupe en santé, tous impliqués dans l'intelligence artificielle (IA) à des degrés divers, a expliqué Nicolas Villain.

Cette annonce, dont le montant de l'investissement n'a pas été dévoilé, fait suite au plan présenté fin mars par le président Emmanuel Macron pour faire de la France l'un des champions mondiaux de l'IA, et qui prévoit notamment d'injecter 1,5 milliard d'euros de crédits publics dans ce domaine sur le quinquennat.

D'autres grands groupes étrangers avaient profité de cette occasion pour annoncer l'implantation de centres de recherche dans l'IA en France, comme le sud-coréen Samsung et le japonais Fujitsu, ou le renforcement de leurs effectifs locaux dans ce segment, tel l'américain IBM qui a prévu de recruter 400 personnes sur deux ans.

Auparavant très diversifié dans les appareils électriques et électroniques grand public, Philips s'est retiré par étapes de son activité historique dans l'éclairage, Philips Lighting. Cette ancienne division, désormais séparément cotée en Bourse, a supprimé depuis fin 2016 plus de 300 postes en France, essentiellement en production, mais aussi en recherche-développement et dans les tâches administratives.

N.G. avec AFP