BFM Business

Nintendo, Free, Fnac... voici les nouveaux "ennemis" d'Apple

Le nouvel iPhone 6s et l'Apple TV pourraient faire du mal aux consoles de jeux

Le nouvel iPhone 6s et l'Apple TV pourraient faire du mal aux consoles de jeux - Apple

De l'Apple TV qui va concurrencer box internet et consoles, à l'iPad Pro qui peut faire trembler les fabricants de PC en passant par le service de location de l'iPhone (que propose la Fnac)... Apple n'a pas fait que des heureux ce mercredi.

Les rumeurs annonçaient une multitude de produits pour la conférence de rentrée d'Apple et elles ne se sont pas trompées. Ce mercredi 9 septembre, la marque américaine a dévoilé rien moins qu'un nouvel iPhone assorti d'un service de location, un grand iPad de 12 pouces, de nouveaux bracelets et fonctionnalités pour son Apple Watch, un nouveau boîtier TV... Autant de produits et services qui vont débarquer dans les semaines qui viennent chez les opérateurs et dans les rayons des magasins. Au grand dam de certains acteurs auquel Apple s'attaque frontalement. Petits passage en revue des marques qui ont dû grincer des dents hier lors de la keynote.

L'Apple TV, une console à la Nintendo...

Apple avait déjà tenté en 1995 de mettre un pied dans le jeu vidéo. La marque s'était associé au japonais Bandai pour développer une console. La machine n'avait pas vraiment inquiété le secteur puisque la Pippin sera un flop intégral avec à peine 45.000 exemplaires vendus. Mais avec le nouveau boîtier Apple TV dévoilé ce mercredi, ça risque de ne pas être la même histoire. Avec sa nouvelle interface, son store d'applications (on y trouve du Rayman, Guitar Hero...), sa nouvelle télécommande à détecteur de mouvement qui rappelle furieusement la Wiimote de Nintendo, l'appareil veut clairement s'imposer auprès d'un public de joueurs. D'ailleurs lors de la keynote, la marque a consacré une bonne partie de la présentation de son Apple TV aux jeux vidéo.

A gauche la télécommande de l'Apple TV, à droite la Wiimote de Nintendo...

-
- © -

Evidemment ce ne sont pas les consoles de salon puissantes comme la PS4 ou la XBox One qui ont le plus à craindre de l'Apple TV (encore que elle pourrait avoir ses blockbusters aussi) mais plutôt les machines de Nintendo qui attirent des joueurs occasionnels avec ses jeux de sport de salon notamment. D'ailleurs, par moment hier, la keynote d'Apple avait des airs de conférence de Nintendo avec ces managers qui s'activent sur scène manette en main devant des jeux à la Wii Sport (le titre présenté par Harmonix s'appelle Beat Sports...).

La nouvelle Apple TV, vendue à partir de 149 euros, sera en outre moins chère qu'une console. Selon une note de JP Morgan, Apple pourrait en vendre 24 millions d'ici 2016. Nintendo, en grande difficulté avec son actuelle console Wii U (10 millions vendues en trois ans...), n'avait peut-être pas besoin de cette nouvelle concurrence. 

... ou une box à la Freebox?

Avec son nouvel OS (TV OS), son interface ultra-fluide, ses multiples services de vidéo (Netflix, Hulu, Showtime...), son store d'applications (AirBnB, et le site de e-commerce Gilt ont dévoilé des applis dédiées), sa télécommande tactile à reconnaissance vocale, l'Apple TV devrait donner un sacré coup de vieux à nos box internet. Un exemple avec l'utilisation de l'assistant Siri. Si vous dites à votre télécommande: "je n'ai pas entendu ce qu'il a dit", l'Apple TV repasse l'extrait en question avec des sous-titres... Bref, si les box internet ne vont pas être abandonnées du jour au lendemain (elles sont compris dans le prix du forfait), elles pourraient être largement marginalisées et petit à petit abandonnées... si l'Apple TV réussissait à s'imposer.

Un iPad Pro, concurrent des PC tactiles?

Un iPad avec un écran de 13 pouces, plus performant que "80% des PC du marché" (c'est Apple qui l'affirme) et doté d'un clavier physique. Le tout pour 799 euros en version de base de 32 Go (mais 949 dollars pour le 128 Go). Voilà qui pourrait du mal aux fabricants de PC. Ces derniers, pour enrayer la chute des ventes depuis quelques années, tentent de pousser les modèles à écran tactile (sans trop de succès il faut bien l'avouer). Apple, qui ne voyait pas l'intérêt de proposer cette fonctionnalité sur ces Mac, a peut-être trouvé un compromis avec cet iPad Pro sur lequel, grande première, on pourra télécharger la suite bureautique Microsoft Office. Alors certes, il faudra débourser 800 euros, mais le prix ne semble pas être un gros frein quand il s'agit d'acheter un produit Apple...

En haut l'iPad Pro, en bas un Ultrabook tactile

-
- © -

Un service de location d'iPhone comme la Fnac

L'iPhone est trop cher, pourquoi ne pas le louer? C'est ce que propose la Fnac (Free s'y est mis aussi) depuis un an. L'idée a semble-t-il plu à Apple puisque la marque va aussi proposer un tel service. Rapidement évoqué en fin de présentation, il devrait permettre d'utiliser un iPhone moyennant un forfait mensuel: de 32,45 dollars par mois pour un iPhone 6s 16 Go jusqu'à 47,45 dollars pour un iPhone 6s+ de 128 Go.

Avec ce prix-là, Apple propose un "annual upgrade", soit la possibilité d'avoir chaque année le nouveau modèle d'iPhone. Si Apple ne s'est étendu sur les formalités (faudra-t-il contracter un crédit ou verser une somme au départ?), ce service de location permettrait à Apple de toucher une clientèle qui rechigne à mettre plus de 700 euros dans un téléphone. Surtout, il lui permettrait de fidéliser les clients et d'avoir des revenus réguliers. Un nouveau business model qu'Apple ne compte apparemment pas laisser aux autres.

Frédéric Bianchi