BFM Business

Maersk teste les livraisons urgentes sur les pétroliers avec des drones

Le Français Xamen a conçu le drone testé par Maersk pour effectuer des missions dans les environnements explosifs.

Le Français Xamen a conçu le drone testé par Maersk pour effectuer des missions dans les environnements explosifs. - Maersk

"L’armateur danois Maersk a réalisé la première livraison offshore avec un drone. Cette expérience, moins chère et plus rapide que les navettes maritimes, a été réalisée avec un aéronef conçu par une start-up française."

L’armateur danois Maersk, l’un des plus importants du monde dans le transport de pétrole, a lancé des essais en affrétant un drone pour livrer en pleine mer des colis de petite taille sur un tanker.

Pour l’instant, il ne s’agit que d’un test, mais pour Maersk, l’idée est de privilégier les airs pour amener à bord le courrier, des médicaments et même des petites pièces de rechange qui doivent être livrées au plus vite.

"Les coûts pour une barge sont en moyenne de 1.000 dollars et peuvent facilement grimper à plus de 3.000 dollars", explique Markus Kuhn, patron de la logistique de Maersk, au site spécialisé GCaptain. "Dans un cas sur trois, nous pourrions utiliser des drones". Le danois dispose d’une flotte de 100 bateaux, d’où l’idée de réduire au maximum les coûts de ravitaillement.

Un drone qui ne fait pas d'étincelles

Si l’idée est séduisante, la réalisation reste complexe. Pour le test qui a été réalisé sur les côtes de Kalundborg au Danemark, la météo n’a pas permis de faire décoller le drone depuis la terre. L’aéronef est donc parti d’un remorqueur pour larguer à cinq mètres de hauteur un petit colis sur le pont du pétrolier.

Pour les essais, Maersk a sélectionné le modèle de Xamen, un constructeur français basé à Pau. Et ce choix est stratégique. En effet, cette start-up a créé un drone capable d’évoluer dans des environnements explosifs. Le modèle qui a servi au test ne provoque aucune étincelle, même s'il s'écrase au sol.

Une performance technique qui a même donné une autre idée à Maersk. Au lieu de mettre en danger la sécurité des équipes pour l'inspection des pétroliers, l’armateur veut que ces tâches soient effectuées par ces drones qui pourront s’approcher de près des zones à risques pour photographier ou filmer certaines parties des navires.

"Si les drones sont approuvés pour les inspections des citernes, ils peuvent améliorer la sécurité et la maintenance des tankers et, potentiellement, celle d'autres installations liées de l’industrie pétrolière", a précisé Markus Kuhn.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco