BFM Business

Les geeks de la Silicon Valley se font épingler pour machisme

Pour montrer qu’il ne s’agit pas de rumeurs, FairyGodboss publie de nombreux témoignages de salariées de Google, VistaPrint, Sony, Oracle et Apple.

Pour montrer qu’il ne s’agit pas de rumeurs, FairyGodboss publie de nombreux témoignages de salariées de Google, VistaPrint, Sony, Oracle et Apple. - Andrew Burton - Getty Images North America/AFP

"La tendance machiste des entreprises de la Silicon Valley se confirme. Le site FairyGodboss réalise un classement des groupes les plus équitables dans les relations hommes\/femmes au travail. Apple est bien noté, Oracle beaucoup moins."

La Silicon Valley n’est pas un paradis pour tous, loin de là. Malgré la convivialité, l'engagement "gay friendly" ou le soutien à Hillary Clinton, le temple mondial des nouvelles technologies semble parfois être pour les femmes un petit enfer professionnel.

Cette tendance est si forte que Romy Newman et Georgene Huang, qui ont tenu des postes à responsabilités en Californie chez ChartBeat et Dow Jones, ont créé FairyGodboss. Ce site recueille les témoignages de salariés sur les comportements des hommes vis-à-vis de leurs consoeurs.

FairyGodboss réalise aussi un classement des entreprises high-tech les plus équitables dans le traitement hommes/femmes qui fait la une de Forbes. Le but est d’informer les femmes sur les entreprises à éviter, mais surtout de leur indiquer celles où il fait bon vivre. Plus de 20.000 personnes ont participé à cette enquête.

Apple arrive en tête avec 72% de témoignages qui affirment que les femmes y sont heureuses. Les deux suivants, Google et Microsoft, sont loin derrière avec 59% et 58% d’opinions positives. La queue de ce Top 10 est constituée d’Amazon (40%), Hewlett-Packard (37%) et Oracle (30%).

Dans les faits, les femmes ont des fonctions moins qualifiées que les hommes et des salaires inférieurs à niveau égal. Les hommes occuperaient en moyenne 82% des postes de direction dans les nouvelles technologies. Mais, en plus de ne pas accéder à ces fonctions, les femmes subissent régulièrement des comportements et propos sexistes. Selon le site, 90% des salariés affirment avoir été témoins de comportements clairement machistes.

Les avances sexuelles "non désirées" sont courantes

Une étude révèle aussi que 60% des femmes qui tiennent des postes de cadres reçoivent régulièrement des avances sexuelles "non désirées" et 65% d’entre elles affirment qu’elles proviennent d'un supérieur.

Et pour montrer qu’il ne s’agit pas de ragots, FairyGodboss publie de nombreux témoignages de salariées de Google, VistaPrint, Sony, Oracle et Apple. Les propos sont souvent anonymes, mais les pseudos sont suivis du salaire annuel et de la fonction. Ainsi, Lady Wail, responsable marketing chez HP pour un revenu annuel de 150.000 à 200.000 dollars, explique que cette entreprise "est un club de mecs" et qu’elle constate qu’à chaque réorganisation, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à être remerciées ou mises au placard. Et ce, même si Meg Whitman dirige le groupe, car elle ne s’entoure que d’hommes.

Pour ne pas stigmatiser le secteur des technologies, FairyGodboss signale tout de même que les pires industries pour les femmes sont l'aérospatial et l’automobile. On pourrait penser bien sûr aux groupes d’Elon Musk, SpaceX et Tesla. L’usine de voitures électriques reçoit tout de même une note de 3 sur 5 dans sa capacité à rendre heureuses les femmes au travail. Quant à SpaceX, personne n’a encore pointé le moindre dysfonctionnement.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco