BFM Business

Lenovo reste de justesse le leader du PC, un marché en pleine crise

Les ventes de PC ont une nouvelle fois affiché un net recul au troisième trimestre.

Les ventes de PC ont une nouvelle fois affiché un net recul au troisième trimestre. - Miguel Medina - AFP

Le groupe chinois a conservé sa place de numéro un mondial au 3ème trimestre, alors que les ventes de PC affichent encore une fois un net recul.

Les ventes de PC ont continué de baisser au troisième trimestre, le groupe chinois Lenovo conservant seulement de justesse sa place de numéro un mondial, selon des estimations publiées mardi 11 octobre par deux cabinets de recherche.

IDC estime le nombre d'ordinateurs écoulés sur le trimestre, toutes marques confondues, à environ 68 millions, ce qui représenterait selon ses statistiques un recul de 3,9% sur un an. Gartner évoque pour sa part 68,9 millions d'unités vendues, pour une baisse évaluée à 5,7% sur un an.

Le marché du PC traverse une grave crise depuis maintenant plusieurs années, cannibalisé par les smartphones devenus bien plus populaires auprès de nombreux consommateurs.

HP talonne Lenovo

Si le premier fabricant mondial, le groupe chinois Lenovo, souffre du ralentissement de son marché domestique et a encore vu ses ventes reculer ce trimestre, d'autres grands acteurs comme les américains HP Inc et Dell sont toutefois revenus à la croissance.

Dans ce contexte, Lenovo n'a conservé sa couronne que de justesse au troisième trimestre, avec 20,9% de part de marché contre 20,4% pour HP selon Gartner, et un écart encore plus faible, de 21,3% contre 21,2%, selon IDC.

Dell, en troisième position mondiale, est encore un peu trop loin pour les menacer: il émarge à 14,7% du marché selon Gartner, et 15,8% selon IDC. Mikako Kitagawa, analyste pour Gartner, évoque "deux problèmes fondamentaux" pour expliquer la nouvelle baisse des ventes mondiales au troisième trimestre: "L'extension de la durée de vie des ordinateurs causée par un excès d'appareils chez les consommateurs, et une demande faible sur les marchés émergents".

Y.D. avec AFP