BFM Business

"LeWeb", terre de conquête pour les start-up françaises

Apila propose d'apporter une réponse technologique au problème du stationnement dans les grandes villes.

Apila propose d'apporter une réponse technologique au problème du stationnement dans les grandes villes. - -

Le salon qui a ouvert ses portes mardi 6 décembre 2011 à Paris réunit un ensemble de conférences avec de grosses pointures, comme Eric Schmidt, le président de Google, mais aussi des start-up qui viennent se faire connaître. Reportage.

Des jeunes entrepreneurs qui ne sont pas refroidis par la crise, et qui comptent bien trouver, sur place, des moyens financiers : C'est le cas « d'Apila », une entreprise de deux personnes créée l'an dernier, autour d'un noble objectif : apporter une réponse technologique au problème du stationnement dans les grandes villes.

Leur constat : à Paris, à un instant T, seules 2% des places de stationnement sont libres, et il faut un sacré coup de chance pour les trouver. Alors ils ont lancé une application mobile, qui utilise le GPS pour mettre en relation une personne qui quitte une place et une autre qui est en train de chercher. Simple, mais il fallait y penser.

Simple est aussi l'idée de « Staround », très jeune pousse de 8 mois d'existence, qui vous propose d'utiliser au mieux vos amis dans vos choix de vie : vous êtes dans un magasin, vous voyez des chaussures qui vous plaisent, vous les prenez en photo et vos amis peuvent immédiatement vous donner une note, censée influer votre décision. On appelle ça le "micro-rating".

Ces jeunes patrons, comme beaucoup d'autres sur le salon, comptent bien rencontrer des « business angels ». Et pourquoi pas taper dans l'œil des grands : parmi les invités, Eric Schmidt, le président de Google, ou encore Sean Parker, l'un des tout premiers investisseurs de Facebook.

Anthony Morel