BFM Business

Le redressement d’Alcatel-Lucent au milieu du gué

Pour le directeur général, Michel Combes, l'amélioration des résultats valide la transformation opérée par l'équipementier dans le cadre du plan Shift. Au prix, toutefois, d'une sévère restructuration supprimant des milliers d'emplois.

Pour le directeur général, Michel Combes, l'amélioration des résultats valide la transformation opérée par l'équipementier dans le cadre du plan Shift. Au prix, toutefois, d'une sévère restructuration supprimant des milliers d'emplois. - AFP Jacques Demarthon

Le groupe de télécommunications poursuit son redressement financier. Mais, si sa perte nette en 2014 est revenue à 118 millions d'euros contre 1,3 milliard en 2013, ses ventes ont reculé de 3%

Michel Combes a encore du pain sur la planche pour redresser complètement Alcatel-Lucent. La passe financière très délicate dans laquelle se trouvait encore Alcatel-Lucent en 2013, semble avoir été jugulée.

La perte nette enregistrée pour toute l'année 2014 a été sérieusement réduite à 118 millions d’euros contre 1,3 milliard d’euros un an plus tôt. Le groupe a également indiqué avoir généré un résultat d'exploitation ajusté de 623 millions d'euros, soit plus du double par rapport aux 278 millions d'euros de l'année 2013. De même, la marge brute a atteint 33,4 % contre 29,1 % en 2012.

Un autre indicateur positif tient au free cash-flow positif de 43 millions d'euros l'an dernier, en excluant les charges de restructuration. Le PDG Michel Combes, réaffirme qu'il tiendra l'objectif d'un flux de trésorerie disponible positif en 2015, ce qui n’a pas été réalisé depuis 2005. Le flux de free cash flow a été négatif de 420 millions d'euros en 2014 en tenant compte de lourds frais de restructuration induit par la montée en puissance du plan de restructuration Shift.

L'activité en Europe chute de 11 %

En revanche, Alcatel-Lucent n’a pas encore réussi à réenclencher une dynamique de croissance globale. Son chiffre d’affaires annuel a baissé de 3%. Si l’on prend les grandes lignes de produits de l’industriel, l’activité totale de sa division accès (réseaux fixes et mobiles) a reculé de 4 % en 2014. Ce fut le cas aussi des équipements de cœurs de réseaux Internet pour opérateurs et entreprises, avec -2%. Les ventes de routeurs ont, toutefois, crû de 15 % sur le quatrième trimestre.

Par zone géographique, l'Europe a également connu une baisse de 11% au quatrième trimestre. Le chiffre d'affaires de la zone Amérique du Nord (hors la filiale LGS vendue à un groupe américain courant 2014) a diminué de 11% sur le seul quatrième trimestre par rapport au 4e trimestre 2013.

Alcatel-Lucent reste devant Nokia en chiffre d'affaires global

"Les Etats-Unis demeurent un marché en bonne santé, poussé par l'explosion de la consommation de données", a expliqué Michel Combes. L'Asie-Pacifique a aussi enregistré une baisse de 1% par rapport au 4e trimestre 2013, dûe à un ralentissement temporaire.

Comparativement à son rival européen le plus proche, Nokia, Alcatel-Lucent reste devant puisque le chiffre d'affaires du constructeur finlandais a stagné à 12,732 milliards d'euros (+0,2%) en 2014. Nokia a, en revanche, profité d’une forte augmentation de son bénéfice net en 2014, grâce à des éléments exceptionnels dopé par un bénéfice fiscal de 1,408 milliard d'euros, lié essentiellement aux activités en Allemagne et en Finlande.

Frédéric Bergé