BFM Business

Le propriétaire de League of Legends s'offre Clash of Clans

-

- - -

"Propriété du japonais Softbank, l'éditeur finlandais Supercell va être acheté par le chinois Tencent pour 8,6 milliards de dollars. Après le rachat de King (Candy Crush) par Activision, il s'agit de la plus grosse opération dans le jeu sur mobile."

Les chiffres donnent le tournis. Le géant chinois Tencent (WeChat) va acheter l'éditeur finlandais Supercell pour 8,6 milliards de dollars. Il faut savoir que malgré ses nombreux succès (Clash of Clans, Boom Beach ou le petit dernier Clash Royale), la société en question ne compte que 180 salariés. Avec cette vente, chaque employé "vaut" donc 46,7 millions de dollars!

Et si Tencent est prêt à dépenser plus de la moitié de son chiffre d'affaires annuel (15,84 milliards de dollars en 2015) dans cette start-up finlandaise, c'est qu'il sait que le potentiel est colossal. Le groupe qui est déjà présent dans le jeu vidéo avec Riot Games (éditeur du jeu à succès sur PC League of Legends) veut s'imposer comme un leader dans le jeu sur mobile. 

Car le smartphone est en train de s'imposer comme la plus lucrative plateforme pour le jeu vidéo. Le jeu sur mobile devrait ainsi, avec 36,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires selon Newzoo, dépasser pour la première fois celui sur PC (31,9 milliards) et sur consoles (29 milliards). Un marché colossal qui aiguise les appétits. En 2015, Activision s'est offert l'éditeur de Candy Crush pour 5,9 milliards de dollars. Et Vivendi vient de s'offrir le français Gameloft.

Dans un secteur en plein boom, Supercell était une pépite très convoitée. La société a réalisé 2,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2015 pour un copieux résultat net de 924 millions de dollars. Surtout l'éditeur, à la différence de Rovio (Angry Birds) ou King (Candy Crush) n'est pas dépendant d'un seul jeu. Ainsi, après les phénomènes Clash of Clans et Boom Beach, le petit dernier Clash Royale sorti en début d'année est en train de faire un nouveau carton. Le jeu aurait déjà réalisé 110 millions de dollars de revenus sur le seul mois de mars selon Newzoo et serait en passe de devenir le nouveau business à un milliard de l'éditeur finlandais. 

L'offre de Tencent a en tout cas convaincu Softbank. Le groupe de télécom japonais avait dépensé 2,1 milliards de dollars en 2013 pour prendre 51% du capital du finlandais. Il est depuis monté à 73%. En cédant son joyau, Softbank va donc faire une belle plus-value.

Si la société japonaise se résigne à céder Supercell, c'est avant tout pour réduire son endettement colossal. Le japonais a multiplié les rachats ces dernières années dont l'opérateur américain Sprint et cumule une dette de 100 milliards de dollars. Un niveau qui commence à inquiéter ses créanciers comme BNP Paribas, qui conseillait en novembre à la société de rétablir le niveau de ses finances. La vente de Supercell pourrait lui permettre de de reprendre un peu d'oxygène. 

Frédéric Bianchi