BFM Business

La valse des patrons continue chez Yahoo

Scott Thompson, ancien patron de Paypal, sera resté encore moins de 6 mois à la tête de Yahoo.(© Reuters)

Scott Thompson, ancien patron de Paypal, sera resté encore moins de 6 mois à la tête de Yahoo.(© Reuters) - -

Scott Thompson, nommé directeur général du groupe il y a moins de six mois, a annoncé sa démission sur fond de polémique. C’est la quatrième fois en trois ans que le groupe va changer de patron.

Un nouveau changement de tête va s’opérer chez Yahoo. Scott Thompson, nommé directeur général du groupe il y a moins de six mois, a annoncé sa démission. Il est au cœur d’un scandale, venu d'une simple ligne sur son CV. Il y mentionne un diplôme en informatique qu’il n’a jamais eu. La supercherie a été découverte par un gros actionnaire de Yahoo, et elle vient de lui coûter sa place.

Mais, selon le Wall Street Journal, ce départ serait aussi motivé par de gros problèmes de santé. Scott Thompson aurait annoncé à son conseil d'administration qu'il souffrait d'un cancer de la thyroïde.

Ce poste serait comme victime d’une malédiction... Car, si le poste de directeur général de Yahoo est un siège convoité, c’est surtout un siège éjectable ! Jerry Yang, le fondateur du groupe, fut le premier à en faire les frais, en 2009. Il avait refusé un deal colossal avec Microsoft, qui proposait de racheter Yahoo pour 44 milliards de dollars. Les investisseurs avaient peu apprécié cette posture. Jerry Yang y laissa sa place.

Un dirigeant intérimaire a été désigné

C'est Carol Bartz, une vétéran de la Silicon Valley, qui avait alors pris le relais. Mais elle eut bien du mal à redresser la barre du groupe, à la peine face à Google ou encore Facebook. La nouvelle patronne est renvoyée en septembre 2011 et part sur cette phrase qui restera célèbre : "Yahoo fucked me over".

Son remplaçant, Scott Thompson, ancien patron de Paypal sera donc resté encore moins longtemps. Il sera remplacé temporairement par Ross Levinson, jusqu'ici directeur de la branche médias du groupe. En attendant la nomination d'un nouveau directeur général, le quatrième en trois ans...

Anthony Morel et BFMbusiness.com