BFM Business

La réponse de la Fnac à la chute des ventes de DVD

-

- - -

Alors que les ventes de DVD continuent de s'effondrer, la Fnac va lancer FnacPlay, un site de vidéo à la demande. Mais n'est-ce pas un peu tard?

Le DVD va mal. Ces 10 dernières années, les ventes ont été divisées par 2,5 et la chute s'accélère. Au premier semestre, ce marché s'est contracté de près de 10% selon GfK en volume. Et la chute du chiffre d'affaires est encore plus violente (-17,2%). Logique, les vendeurs cassent les prix pour tenter d'enrayer la baisse des ventes. En vain. Les consommateurs préfèrent désormais le dématérialisé comme la VOD, le streaming voire le piratage. 

Et c'est problématique lorsqu'on s'appelle la Fnac et qu'on est le plus gros vendeur de DVD en France. Mais l'enseigne de produits culturels a entériné le fait que la culture se consomme désormais de plus en plus sans support physique. Ainsi, plus d'un an après avoir créé Jukebox, son service de streaming musical, elle vient de lancer officiellement FnacPlay, son site de vidéo à la demande. 

Il s'agit d'un service classique de VOD qui permet de louer des films ou de les télécharger définitivement. Pour les tarifs, il faut compter de 2,99 à 4,99 euros pour un film loué en qualité SD, et 1 euro de plus pour de la HD. Quant à l'achat du même film, il peut être facturé de 10,99 à 16,99 euros. Les séries, quant à elles, coûtent entre 29,99 et 34,99 euros la saison. La Fnac précise par ailleurs que des copies numériques seront disponibles dans des coffrets DVD et ce afin de ne pas complètement sacrifier les ventes physiques. A noter que le service est géré par le spécialiste VOD Factory. 

"Lancer un 'Netflix' lui aurait coûté trop cher"

Un service plutôt bien fait mais qui arrive très tard. A titre d'exemple, Carrefour -qui n'est pourtant pas un spécialiste des produits culturels- a lancé un service équivalent baptisé Nolim Films il y a bientôt un an. "C'est bien que la Fnac réagisse car le DVD est en train de mourir, observe Pascal Lechevallier, du cabinet de conseil de WhatsHotMedia. Mais elle arrive un peu après la guerre sur un marché de la VOD largement dominé par les box internet et les acteurs internationaux comme Apple." Le service FnacPlay ne sera pas disponible sur les box internet des fournisseurs d'accès (qui représentent l'essentiel des visionnages en VOD) ni même -et c'est paradoxal- sur la box TV de l'américain Roku que l'enseigne va distribuer en exclusivité en France.

La Fnac arrive en retard sur la VOD alors que ce marché a peut-être déjà atteint son pic. C'est en effet aujourd'hui la SVOD (les services de Netflix et CanalPlay) qui ont le vent en poupe. Ce marché devrait tripler cette année alors que la VOD classique n'a progressé que de 5% en 2014 et devrait stagner en 2015. Pourquoi la Fnac n'a pas plutôt lancé un anti-Netflix alors? "Parce que c'est très cher, ça lui aurait coûté de 20 à 30 millions sur trois ans pour des résultats incertains", estime Pascal Lechevallier. Il est vrai que son Jukebox lancé en 2014 n'a semble-t-il pas déchaîné les foules. La dématérialisation des produits culturels risque de continuer à faire très mal à l'agitateur.

Frédéric Bianchi