BFM Business

La petite enceinte française qui veut faire craquer les Américains

L'enceinte Phantom de Devialet est vendue aux alentours de 1700 euros, le prix du made in France

L'enceinte Phantom de Devialet est vendue aux alentours de 1700 euros, le prix du made in France - Devialet

Devialet, petite société spécialisée dans les enceintes haut de gamme, vient de lever 25 millions d’euros auprès de Bernard Arnault, Jacques-Antoine Granjon, Xavier Niel et Marc Simoncini...

Un petit frenchie au pays de Bose et de Sonos? C’est l’ambition de la société Devialet, fabricant d’enceintes très haut de gamme et Made in France (1.690 euros le ticket d’entrée pour le modèle Phantom), qui rêve de s’imposer aux Etats-Unis. Et pour cela la marque, qui a réalisé 10 millions d’euros de chiffre d’affaires en France en 2014 (objectif de 50 millions en 2015 indique Le Figaro), vient de lever la bagatelle de 25 millions d’euros et ce afin d’ouvrir une douzaine de magasins dans le monde d’ici la fin de l’année.

Les stars du web français derrière Devialet

Une levée de fonds très élevée pour une société qui ressemble d’avantage à un artisan (son usine de Fontainebleau produit 3.000 enceintes par mois) qu’à une fringante start-up de l’internet. Et c’est peut-être cela qui a séduit les prestigieux investisseurs qui ont constitué ce tour de table. Car ces fonds ont été levés "auprès des actionnaires historiques de la société" à savoir rien moins que Bernard Arnault (PDG de LVMH), Jacques-Antoine Granjon (vente-privée.com), Xavier Niel (fondateur de Free) et Marc Simoncini (fondateur de Meetic), précise Devialet dans un communiqué.

Ils "sont destinés principalement au développement" de la société "à l'international au travers de la création de filiales de distribution et du déploiement du réseau des boutiques", notamment à "New York, Londres, Shanghai, Paris, Hong Kong, Singapour ou encore Berlin", ajoute le communiqué.

Outre les produits, Devialet n’écarte pas l’idée de nouer des partenariats avec des fabricants de produits électroniques afin d’intégrer leur technologie dans des PC, téléviseurs voire smartphone à l’image d’un Cabasse par exemple.

Frédéric Bianchi