BFM Business

La gestion du cloud n'est plus l'affaire des seuls DSI

Avec le phénomène du shadow IT grandissant, les directions métiers deviennent des maitres d’ouvrage de solutions IT

Avec le phénomène du shadow IT grandissant, les directions métiers deviennent des maitres d’ouvrage de solutions IT - Pixabay

Avec le Cloud Computing, la responsabilité contractuelle de gestion des contrats IT est transférée aux directions métiers.

Un cinquième de l'informatique d'une entreprise n'est plus contrôlée par les directions des systèmes d'informations ! Une récente étude réalisée par Canopy, le fournisseur de services de Cloud Computing, filiale d’Atos, révèle en effet que l’informatique cachée (ou Shadow IT), c'est à dire tous les logiciels voire même machines qui échappent au contrôle de la DSI, devrait augmenter de 20% en 2015. Plus de la moitié des responsables métiers interrogés ont indiqué qu’ils consacraient d’ores et déjà entre 5 et 15% de leur budget à l’achat de prestations ou de solutions informatiques, sans passer par leur DSI. Il s’opère donc un transfert de responsabilité vers les directions métiers qui, dans le cadre d’une prestation de logiciel à la demande (Saas) par exemple, ne gèrent pas de technologie mais un contrat, comprenant des garanties sur la qualité de service, des indicateurs de clés de performance, etc. "Ce mouvement est assez logique. De plus en plus de commerciaux vendant des logiciels à la demande, s’adressent ainsi directement aux directions métiers car ce sont elles qui gèrent les budgets", explique Emmanuel Stanislas, fondateur et dirigeant du cabinet de recrutement Clémentine.

Des pertes de compétences au sein de la DSI

Le cloud impliquant un transfert des compétences techniques chez le prestataire de service, le rôle de la DSI est également impacté. A l’image des métiers, elle devient du coup elle aussi un gestionnaire de contrats IT. "On voit émerger des directeurs techniques qui ne gèrent plus de technologie. Ils sont acheteurs, maîtres d’ouvrage, chefs de projets…, explique Emmanuel Stanislas. Il travaillent alors avec des équipes réduites". Les ressources humaines sont alors réassignées, en interne, voire transférées chez le prestataire. Mais attention, ce phénomène est loin de se généraliser. D’une part parce qu’un système d’information entièrement déporté dans le Cloud n’est pas encore la règle. D’autre part, parce que certaines entreprises délaissent le nearshore et réinternalisent leurs fonctions informatiques.

Eddye Dibar