BFM Business

L'Italie passe à son tour de quatre à trois opérateurs mobiles

Le chiffre d'affaires combiné des deux opérateurs mobiles, 3 Italia et Wind, était de 6,4 milliards d'euros en 2014.

Le chiffre d'affaires combiné des deux opérateurs mobiles, 3 Italia et Wind, était de 6,4 milliards d'euros en 2014. - Andreas Solaro-AFP

La fusion de Wind et de 3Italia va bientôt mettre les Italiens dans la même situation que les Allemands et bientôt les Britanniques. Fort de 31 millions de clients, le numéro 3 fera face à Telecom Italia et à la filiale de Vodafone.

Le quatrième opérateur mobile italien, 3 Italia, va fusionner avec le numéro 3 du marché, Wind, pour donner naissance à un acteur de taille respectable.

Le groupe Hutchinson originaire de Hong-Kong, maison-mère de 3 Italia et VimpelCom, la maison-mère russe de Wind, ont conclu un accord pour créer une co-entreprise qui sera dirigée sur une base de parité. Elle sera dirigée par Maximo Ibarra, l'actuel administrateur délégué de Wind.

Le futur groupe sera fort de plus de 31 millions de clients dans la téléphonie mobile et 2,8 millions dans la téléphonie fixe. Il affrontera Telecom Italia (dans lequel Bolloré a pris 15% du capital) et la filiale de Vodafone.

Le chiffre d'affaires combiné des deux sociétés, 3 Italia et Wind, était de 6,4 milliards d'euros en 2014.

"L'union de 3 Italia et Wind va créer un opérateur financièrement solide et efficace, capable d'entrer en compétition à un niveau élevé sur le marché, s'est félicité Cannig Fok, un haut cadre dirigeant de CK Hutchinson.

Cette fusion restera soumise à l'approbation des autorités européennes en charge de la concurrence.

Bruxelles a entériné la consolidation en Allemagne, Irlande et Autriche

Bruxelles a précédemment autorisé des consolidations équivalentes, entérinant le passage de 4 à 3 opérateurs mobiles en Irlande, en Allemagne et en Autriche. Face à ce mouvement croissant de concentration, la crainte principale des régulateurs nationaux et européens en charge de la concurrence, est d'assister à une remontée des prix des forfaits mobiles.

Bruxelles sera également sollicité pour examiner le rachat par BT de l'opérateur mobile anglais Everything Everywhere, que sont en train de vendre leur propriétaire DeutscheTelekom et Orange et par celui d'O2 par le conglomérat hong-kongais Hutchison Whampoa.

Ces deux rachats d'envergure, presque concomitants, s'ils sont autorités par Bruxelles, vont aboutir à la création d'un marché à 3 opérateurs mobiles, outre-Manche.

En Europe, parmi les grands pays, seules la France (Orange, Numericable-SFR, Bouygues Telecom et Free) et l'Espagne (avec Telefonica, Orange, Vodafone et Yoigo), disposent encore de quatre opérateurs mobiles nationaux..

Frédéric Bergé