BFM Business

L'AMF en quête d'éventuelles "irrégularités" dans la rémunération de Combes

Michel Combes pourrait toucher près de 14 millions d'euros.

Michel Combes pourrait toucher près de 14 millions d'euros. - Thomas Samson - AFP

Le gendarme de la Bourse veut vérifier si les règles de gouvernance du patronat ont été suivies, ainsi que la clause de non-concurrence.

Le scandale sur la rémunération de Michel Combes n'en finit plus. L'Autorité des marchés financiers (AMF) examine de possibles "irrégularités" concernant les conditions de départ de l'ex-directeur général d'Alcatel-Lucent, a indiqué son président Gérard Rameix, dans une déclaration transmise mardi à l'AFP.

Le gendarme boursier, qui assure avoir demandé au groupe des précisions dès la fin juillet sur le sujet, entend "vérifier s'il n'y a pas d'irrégularités" concernant non seulement les règles de gouvernance du patronat mais aussi les informations données à la presse ces derniers mois sur la rémunération de Michel Combes, et sur la clause de non-concurrence.

Sur BFM Business, ce mardi 1er septembre, Pierre-Henri Leroy, le président de Proxinvest, un cabinet de conseil aux actionnaires, annonçait que son groupe allait saisir l'AMF. "On est dans une espèce de manipulation de marché et d'information mensongère. La société nous a présenté une stratégie de fusion extrêmement sobre, avec un dirigeant responsable et raisonnable, et quelques mois après, cette condition est complètement modifiée"

D. L. avec AFP