BFM Business

Interview Bellanger: "Le 1er moteur économique c'est le sexe et la solitude"

Aurélien Bellanger présente son livre "La théorie de l'information"

Aurélien Bellanger présente son livre "La théorie de l'information" - -

Aurélien Bellanger, auteur de "La théorie de l'information", balaye trente ans d'histoire technologique, du minitel à nos jours. Il est venu détailler les ressorts de cette saga économique sur l'antenne de BFM Business.

Pour son premier roman "La théorie de l'information" (Editions Gallimard), Aurélien Bellanger a choisi de retracer une épopée économique française. Elle se déroule à la fin des années 70, où règne alors en France un fort sentiment d’inquiétude : le pays accuserait-il un retard technologique sur les Japonais et les Américains?

Sur le plateau de Good Morning Business, le jeune romancier présente l'un de acteurs clé de sa saga économique : la Direction Générale des Télécommunications (DGT). "l'Apple de l'époque" ironise-t-il.

Elle crée un engin nouveau, qui réunit le téléphone, l'ordinateur et la télévision. Un objet simple, basique, qui résiste à tout et que tout le monde peut utiliser. C'est la naissance du minitel. Le succès est immédiatement au rendez-vous et va faire la fortune d'un homme, le héros du livre : Pascal Ertanger dont la biographie rappelle beaucoup un certain Xavier Niel.

Mais ce qui en fait un phénomène c'est le rose. "La rentabilité du minitel est assurée par des pornocrates en cabriolet" résume Aurélien Bellanger. En 1985, le rose représente 60% du chiffre d'affaires global du minitel.

"Le minitel va parachever la révolution sexuelle. Le 1er moteur économique c’est le sexe et la solitude. C’est ce mariage qui donne un potentiel économique considérable à tout ce qu’on peut inventer", explique Aurélien Bellanger sur le plateau de BFM Business.

Déchéance de la DGT

Créer une des plus grandes innovations technologiques de l'époque c'est bien, mais il faut pouvoir conserver cette force.

En 1994, un rapport voit le jour : "le seul réseau qui peut dégager de l’argent, même si internet c’est très bien, c’est le minitel car il y a aucun moyen de monétiser un service sur internet". La DGT a raté le virage...

Ce qui n'est pas le cas du héros. "Pascal Ertanger a tous les possibles entre ses mains. Il prend le risque de s'engouffrer dans le non-espace. Il conquiert une nouvelle planète, celle du cyberespace".

Diane Lacaze