BFM Business

Google, victime ou "complice" des fuites sur son nouveau smartphone?

Les rumeurs se sont multipliées à la veille du lancement par Google de nouveaux smartphones. Elles ne sont pas forcément pour déranger le géant de l'internet.

Les rumeurs se sont multipliées à la veille du lancement par Google de nouveaux smartphones. Elles ne sont pas forcément pour déranger le géant de l'internet. - Google

Les fuites fusent sur le Net à propos de la gamme de smartphones que Google présente mardi 4 octobre. Le géant du web est-il victime ou s'inspire-t-il de fuites savamment organisées à l'instar d'Apple pour ses iPhone?

La machine à rumeur fonctionne à plein à la veille du lancement par Google d'une gamme de nouveaux smartphones commercialisés sous sa propre marque. Alors que ces modèles censés concurrencer l'iPhone seront présentés ce mardi 4 octobre, l’opérateur canadien Bell a révélé le pot aux roses. Sur son site web, ce dernier a (fortuitement?) présenté le Pixel, Phone by Google, qui s'affiche, qui plus est, sur une page normalement consacrée au récent Galaxy Note 7 de Samsung. Même si la page a été depuis retirée de son site par l'opérateur, elle a été mémorisée et republiée par plusieurs sites web américains.

Mais cette fuite est loin d'être la seule. Le revendeur d'origine anglaise Carphone Warehouse a publié des photos et des informations sur les futurs modèles. Fin septembre 2016, plusieurs sites internet américains spécialisés s'étaient déjà fait l'écho de rumeurs sur les caractéristiques techniques, le nom de la future marque ("Pixel") et le nombre de smartphone présenté: deux modèles a priori. Ne manquent à l'appel, parmi ses "révélations", que les (futurs) prix et la date de disponibilité commerciale.

"Made by Google"

Le fait que le géant du web participe lui-même au buzz médiatique, incite à penser que ces fuites ne sont pas toutes fortuites. Muet officiellement sur ses futures annonces, Google a ouvert un site web faussement énigmatique, arborant la date du 4 octobre et la photo de la silhouette d'un smartphone anonyme. S'inspirant d'Apple pour le lancement de ses iPhone, Google a parallèlement envoyé des invitations pour un événement médiatique organisé à partir de 9h00 (heure locale) à San Francisco, le jour J. Sur Twitter, le mot-clé #madebygoogle (littéralement "fabriqué par Google") aboutit même à des photos des futurs modèles.

"C'est une opportunité pour Google d'exhiber ses derniers appareils", indique Brian Blau, un analyste du cabinet de recherche Gartner. En mettant l'accent sur un produit "fabriqué par Google", le géant du web alimente les spéculations sur le fait qu'il aura cette fois une emprise encore plus grande sur le design pour s'attaquer frontalement à l'iPhone d'Apple avec sa propre ligne de smartphones haut de gamme.

Des accords spécifiques avec les opérateurs mobiles ?

Jusqu'à présent le géant internet a coopéré avec plusieurs fabricants d de métier (Samsung, LG) pour faire fabriquer en sous-traitance des smartphones commercialisés sous la marque Nexus, laquelle vivrait ses derniers jours. Vendus en ligne sur le site de Google, ces téléphones étaient surtout censés servir de vitrine technologique pour démontrer les capacités de son système d'exploitation mobile Android, qui fait fonctionner plus de 80% des smartphones vendus dans le monde.

Cette fois-ci, Google, qui a cédé au Chinois Lenovo en 2014 l'activité téléphone mobile de Motorola rachetée en 2011, afficherait d'autres ambitions. Il devrait rechercher la coopération des opérateurs mobiles, comme en témoigne la fuite (accidentelle?) de l'opérateur canadien Bell, pour assurer une meilleure diffusion auprès du grand public, de ses futurs smartphones.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco