BFM Business

Feu d'artifice pour les startups françaises en cybersécurité

En 2015, 336 levées de fonds ont porté sur de startups proposant des produits et services de cybersécurité. Seule une petite partie a concerné des entreprises françaises.

En 2015, 336 levées de fonds ont porté sur de startups proposant des produits et services de cybersécurité. Seule une petite partie a concerné des entreprises françaises. - Pixabay

L’écosystème de la cybersécurité est stimulé par la multiplication des attaques et leurs révélations. Les startups tirent profit de cette traction. Ces derniers mois elles ont récolté plus d’argent que jamais auparavant.

2015 a été une année record pour les investissements dans les startups de la cybersécurité. Selon CB Insights, les investisseurs ont injecté plus de 3,7 milliards de dollars dans ces jeunes entreprises, à travers 336 opérations. A titre de comparaison, en 2010, -seulement- 800 millions de dollars avaient été investis sur 108 opérations.

Ce record ne devrait pas être dépassé en 2016, malgré un niveau élevé des investissements. Les startups américaines Logicmonitor et Cylance, qui ont respectivement levé 130 et 100 millions de dollars, et la chinoise Mobi Magic, avec un financement de 100 millions de dollars, ont réalisé les plus importantes opérations du premier semestre. Et pour rester dans ce contexte de record, l'an passé, ce sont également cinq startups américaines qui ont réalisé les plus importantes levées de fonds dans le secteur de la cybersécurité. Plus globalement, depuis 2012, les jeunes pousses du pays de l’oncle Sam ont empoché trois quarts des investissements mondiaux, suivies par les startups israéliennes, le reste du monde se partageant les miettes du gâteau.

Une progression des investissements présente aussi en France

Mais, la France commence peu à peu à tirer sa -petite- épingle du jeu. Tout en restant modestes, les investissements dans les startups hexagonales spécialisées en cybersécurité s’intensifient. Et si, selon le baromètre des startups du numérique conjointement réalisé par Capgemini Consulting et eCap Partner, les jeunes pousses françaises de moins de huit ans, spécialisées dans la sécurité des données et des échanges numériques ont levé 11,54 millions d’euros en 2015, la tendance est à la hausse en 2016. Au cours des six derniers mois, les jeunes pousses tricolores ont obtenu 34,7 millions d’euros, dont 22,5 millions pour la seule startup Dashlane.

Bien qu’en progression, ces investissements restent donc relativement faibles, comme le souligne sur le site de l’Usine Digitale Jean-Noël de Galzain, pdg de la société Wallix et porte-parole d'Hexatrust, un regroupement de PME de la cybersécurité, surtout lorsque l’on compare ces chiffres à ceux injectés dans les startups américaines. Ces dernières bénéficient notamment d’un écosystème de financement plus mature.

Quoi qu’il en soit, les startups françaises profitent de la bonne santé du marché mondial de la cybersécurité. La société d’études Markets and Markets estime par exemple qu’il croitra de 10,6% en moyenne par an au cours des cinq prochaines années, pour peser plus de 200 milliards de dollars en 2021. "Trois facteurs expliquent cette progression, analyse Pierre Demeulemeester, expert chez Capgemini Consulting, en charge de l’élaboration du baromètre des startups du numérique en France. D’abord les technologies numériques sont intégrées de manière croissante dans les produits, les organisations, les processus et les opérations. Ensuite la pression réglementaire et citoyenne pousse les organisations privées comme publiques à renforcer leur sécurité numérique. Enfin les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes et importantes en termes de taille et de d’impact financier".

Le gouvernement français peine à saisir l'importance de ce marché en termes d'investissements

Les investisseurs français multiplient donc les opérations, en particulier sur des levées de fonds de plus en plus importantes, là où elles étaient jusqu’alors réalisées par des investisseurs étrangers. Toujours Selon le baromètre Capgemini Consulting / eCap Partner, douze levées de fonds ont été effectuées en 2015. Lors du premier semestre 2016, il y en avait déjà 8.

Enfin, conscient des enjeux économiques et stratégiques liés à la cybersécurité, le gouvernement français a dédié à ce secteur l’un de ses 34 plans de reconquête pour une nouvelle France industrielle. La seconde phase de ce plan comprend un volet "Confiance numérique" qui prévot la mise en place d’un fonds d’investissement pour les startups de la cybersécurité d’ici à la fin de l’année 2015. Reste qu'à ce jour, difficile de retrouver la trace de ce fonds d’investissement. Interrogé sur sa mise en place, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), dont le directeur général est l’un des chefs de projet du volet "Confiance numérique", n’a pas, au moment de la rédaction de cet article, répondu à la sollicitation.

Eddye Dibar