BFM Business

Facebook officialise « Libra », sa cryptomonnaie

Libra

Libra - Facebook

Avec cette nouvelle devise, l’entreprise américaine veut offrir un nouveau moyen de paiement en dehors des circuits bancaires et financiers traditionnels.

Le paiement du futur se fera-t-il en « Libra » ? C’est en tout cas le pari de Facebook qui a officialisé, ce mardi, sa cryptomonnaie. A l’instar du bitcoin, cette monnaie virtuelle est censée permettre d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané.

Dans un communiqué, Facebook a donc dévoilé Calibra, une nouvelle filiale « dont l’objectif sera de fournir des services financiers permettant au plus grand nombre de personnes d’accéder et de participer au réseau Libra. »

Dès 2020, la nouvelle cryptomonnaie adossée à la technologie Blockchain sera disponible dans Messenger, WhatsApp et via une application dédiée.

Pour le moment, Facebook se contente d’évoquer l’utilité de son Libra pour ceux qui ne possèdent pas de compte bancaire, soit près de la moitié des adultes dans le monde. « Le coût de cette exclusion est élevé : par exemple, environ 70 % des petites entreprises opérant dans des pays en développement n’ont pas accès au crédit, et 25 milliards de dollars sont perdus chaque année en raison des frais de transfert de fonds liés aux migrants » assure Facebook. « Avec Calibra, nous espérons démocratiser l’accès aux services financiers. Ce portefeuille numérique, permettra d’économiser, d’envoyer et de payer avec Libra. »

Eviter les erreurs du bitcoin

Bien conscient d'être attendu au tournant, le groupe américain a aussi décidé de confier la gestion de Libra à une entité indépendante, basée à Genève (Suisse) et composée d'entreprises comme les émetteurs de cartes bancaires Mastercard et Visa, les services de paiement Stripe et PayPal, les entreprises de réservation de voitures Lyft et Uber, ou encore le réseau Women's World Banking, qui aide des femmes défavorisées de pays émergents à avoir accès aux services financiers.

Pour Facebook, l’enjeu futur va bien au-delà des pays en développement. Il s‘agit surtout de faire du Libra une référence alors que les autres cryptomonnaies restent très décriées en raison de leur forte volatilité. Le bitcoin, qui ne valait quasiment rien au départ en 2009 a atteint 19.511 dollars, fin 2017 avant de retomber. Il vaut environ 9.000 dollars actuellement.

Reste encore à transformer l’essai. Il y a 10 ans, Mark Zuckerberg avait déjà échoué avec ses Facebook Credits, finalement abandonnés après 3 années d’expérience. Censée être utilisée dans les jeux intégrés au réseau social, cette monnaie a rapidement été dépassée par les éditeurs des jeux en question qui ont créé leurs propres crédits.

La rédaction avec AFP