BFM Business

Facebook: "nous payons bien nos impôts en France" assure son patron

Invité sur le plateau de "12H, l'Heure H", le vice-président de Facebook pour la France et l'Europe du sud Laurent Solly est revenu sur la polémique autour des impôts payés par le géant américain en France.

"J’ai toujours dit à mes collaborateurs : 'N’essayez pas d’être trop malins. Et payez vos impôts quand vous devez en payer'". La pique est lancée, en direct, par le commissaire européen Thierry Breton à Mark Zuckerberg lors d'une vidéoconférence organisée par le think tank bruxellois Cerre, lundi dernier. Une façon de rappeler Facebook à l'ordre, régulièrement accusé, comme les autres GAFA, d'éviter la fiscalité locale.

Invité sur le plateau de "12H, l'Heure H", le vice-président de Facebook pour la France et l'Europe du sud Laurent Solly a tenu à mettre les choses au clair. "C'est un sujet sérieux et nous le prenons très au sérieux" assure-t-il. "Nous payons bien nos impôts en France".

Plus de 6 millions en 2020

Ce qui n'a pas toujours été le cas. "En 2017, nous avons décidé de changer notre système de déclaration de revenus" poursuit-il. "Désormais, tous les revenus de Facebook France, produits par les équipes qui sont installées ici à Paris, sont déclarés en France, facturés par Facebook France et nous payons donc l'impôt sur les sociétés."

Alors ce sujet est-il une fake news ? "Je ne dirais pas ça" tempère-t-il. "En 2019, on a payé les impôts sur les revenus 2018, c'était un peu moins de 6 millions d'euros" soit "trois fois plus par ce changement que les impôts précédents." Un chiffre en réalité minoré par rapport à la "tendance actuelle" puisque "l'assiette sur laquelle nous avons payé nos impôts en 2018, c’est l'assiette de 6 mois de 2018 car nous étions en train de changer notre système de comptabilité."

Une marge minorée?

L'impôt 2020 sur les revenus 2019, dont le montant sera communiqué à l'été, "est supérieur" assure Laurent Solly. Un montant auquel il faut désormais ajouter la fameuse taxe GAFA, instaurée en fin d'année dernière en France et dont le montant n'est pas public.

Facebook s'est acquitté de 5,75 millions d’euros d’impôts au fisc français l'année dernière. En réalité, des doutes subsistent sur le montage financier effectué par le réseau social tant le montant est éloigné du chiffre d'affaire astronomique de Facebook (70 milliards de dollars en 2019). Selon une enquête de la Lettre A, l'entreprise aurait tendance à réduire sa marge nette en France en alourdissant ses comptes par des charges, faisant ainsi mécaniquement baisser les impôts.

Thomas Leroy