BFM Business

Facebook, Google, Twitter… Comment savoir ce qu’ils savent sur vous

-

- - CC, Flickr (Elroy Serrao)

Le scandale Facebook a montré que les entreprises qui collectent nos données ne sont pas infaillibles. Il existe quelques moyens simples pour accéder à l’ensemble des informations dont elles disposent.

Durant ses dix heures d’audition, Mark Zuckerberg a répondu à des dizaines de questions portant sur le traitement des données personnelles par Facebook. Parmi elles, plusieurs se sont basées sur l’expérience des élus américains, eux-mêmes surpris par l’ampleur des informations dont Facebook dispose à leur sujet. Mais le réseau social est loin d’être le seul à nous connaître par cœur. Voici comment obtenir les accès à l’ensemble de vos données personnelles… lorsqu’elles sont disponibles.

Ceux qui jouent le jeu

Facebook

Alors que Facebook est l’entreprise la plus visée par la polémique, elle propose un accès rapide à ses données personnelles. Il suffit de se rendre dans le menu des paramètres, puis de cliquer sur “Télécharger une copie de vos données Facebook”. La phrase est inscrite sous les paramètres généraux du compte. Sur la page dédiée, il faut ensuite cliquer sur “Créer mon archive”.

-
- © -

Pour des raisons de sécurité, Facebook demande d’inscrire son mot de passe. Une demande de téléchargement est ensuite générée. La compilation des données peut prendre un certain temps - jusqu’à plusieurs heures. Une fois le fichier disponible, Facebook envoie un mail à l’adresse associée au compte, dans lequel est intégré un lien de téléchargement.

-
- © -

Le fichier, qui peut peser jusqu’à plusieurs gigaoctets, est téléchargé au format ZIP. Pour avoir accès aux informations, il suffit d’extraire les données. Facebook regroupe toutes les informations dont il dispose dans un fichier baptisé “Index”, qui correspond à une page Web consultable hors-ligne. Une fois celle-ci ouverte, il n’y a plus qu’à aller se balader à travers les différents onglets.

Google

Comme Facebook, Google offre un accès direct à ses données personnelles. Il suffit de se rendre sur la page dédiée à son service Take Out. Contrairement à Facebook, Google propose de faire le tri parmi les données que l’on désire télécharger. Il est ainsi possible de ne recevoir que des informations liées à l’une des nombreuses applications de Google, comme Maps, Chrome ou Gmail.

-
- © -

Google permet de personnaliser son archive. L’utilisateur peut opter pour une taille maximale des fichiers de 1,2 4, 10 ou 50 Go. Les informations sont alors réparties dans plusieurs dossiers pour faciliter le téléchargement. Là encore, l’entreprise demande un peu de patience. Il peut falloir plusieurs heures pour recevoir un mail - sur son compte Gmail - signifiant que le document est prêt.

-
- © -
Twitter

Pour obtenir son archive Twitter, la procédure est similaire à celle de Facebook. Il faut chercher du côté des paramètres de son compte. Au bas de la page (sous la section “Contenu”), un lien est disponible pour générer son archive Twitter. Une fois l’opération effectuée, Twitter envoie un mail avec un lien de téléchargement. Là encore, un fichier baptisé “Index” regroupe tous ses anciens tweets, depuis la création du compte. Un fichier excel est également disponible. L’archive de Twitter est toutefois très incomplète puisqu’elle ne permet pas d’accéder à l’historique de ses connexions, ou encore ses messages privés.

-
- © -
LinkedIn

Sur LinkedIn, il faut également parcourir le menu des paramètres pour remettre la main sur ses données personnelles. Une fois sur cette page, il faut cliquer sur l’onglet “Confidentialité” et se rendre dans la catégorie “Comment LinkedIn utilise vos données”. Comme Google, LinkedIn permet à l’utilisateur de sélectionner les informations qui l’intéressent (contacts, invitations, messages privés etc.), ou de télécharger l’intégralité du fichier.

-
- © -

Ceux qui ne jouent pas (encore) le jeu

Ce 13 avril, le Secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi a appelé les internautes à télécharger leurs données Facebook, Google, Amazon et Uber. Malheureusement, les deux derniers services ne permettent pas de mettre la main sur ses données. Chez Uber, l’email fourni n’existe plus et aucun outil n’est prévu dans les paramètres du compte. C’est également le cas chez Amazon. Lors d’un appel au service client, un conseiller a précisé ne pas être en mesure d’envoyer l’historique des informations liées à un utilisateur.

Ces deux entreprises devront pourtant faire évoluer leurs services. Le 25 mai prochain, le nouveau règlement européen (RGPD) imposera à toute entreprise de mettre les données de ses utilisateurs à leur disposition, notamment pour leur permettre de s’en servir chez un concurrent. Des promesses ont déjà été faites en ce sens. Hier 12 avril, Instagram - filiale de Facebook - annonçait la mise en place d’un outil permettant d’avoir accès à l’ensemble de son historique. C’est également le cas d’Apple, qui proposera une interface complète dédiée à la gestion de ses données personnelles.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech