BFM Business

Dailymotion: PCCW renonce, Vivendi fait une offre

Dailymotion intéresse maintenant Vivendi.

Dailymotion intéresse maintenant Vivendi. - Lionel Bonaventure - AFP

Le groupe hongkongais a annoncé lundi sa décision de "mettre un terme" aux discussions sur l'acquisition de 49% de la plate-forme de vidéo Dailymotion. De son coté, Vivendi a confirmé avoir fait une offre, ce mardi 7 avril.

Emmanuel Macron a gagné. Le ministre de l'Economie avait annoncé le 1er avril qu'il ne pouvait pas y avoir de négociations exclusives entre PCCW et Dailymotion pour la vente de 49% de la plateforme vidéo. Ce lundi 6 avril, le groupe hongkongais a annoncé sa décision de "mettre un terme" aux discussions, en raison de cette opposition du gouvernement français à des négociations exclusives avec l'opérateur Orange.

"La volonté exprimée du gouvernement français de favoriser la recherche d'une solution européenne décourage la participation d'entreprises internationales. Nous avons donc décidé de mettre un terme à nos discussions avec Dailymotion et ses propriétaires actuels", explique PCCW dans un communiqué. Le groupe "continuera à investir dans des partenariats de nature à soutenir le développement international de ses activités dans le domaine des média et plates-formes vidéo en ligne"

En revanche, Vivendi a confirmé ce mardi 7 avril, avoir déposé une offre sans en préciser le montant. Lundi le journal Le Monde évoquait un prix de 250 millions d'euros. La proposition devrait être discutée mardi 7 avril par le conseil d'administration de l'opérateur. Selon le journal, "le management de l’ex monopole d’Etat serait très favorable à l’offre de Vivendi et au projet qu’elle porte. Ce qui pourrait augurer d’une issue favorable aux discussions". Vivendi voudrait faire de Dailymotion un acteur de taille mondial. Une ambition voulue aussi par Stéphane Richard le patron d'Orange.

Orange dispose d'un trésor de guerre de 15 milliards d'euros, ce qui permettrait cette acquisition.

Précédent avec Montebourg et Yahoo!

L'Etat détient 24,9% du capital d'Orange, lequel contrôle Dailymotion depuis 2012 et cherche activement un partenaire en mesure de financer la croissance de cette plate-forme de vidéos en ligne, rivale de YouTube, et d'assurer son développement hors d'Europe.

En 2013, le prédécesseur d'Emmanuel Macron, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, avait mis son veto à un projet de rachat de Dailymotion par le groupe américain Yahoo!.

D. L. avec AFP