BFM Business

Comment la Silicon Valley chouchoute ses salariés

En plus d'offrir des espaces de détente dans leurs bureaux, les géants de la Silicon Valley offrent de multiples avantages à leurs salariés ... histoire de doper leur productivité.

En plus d'offrir des espaces de détente dans leurs bureaux, les géants de la Silicon Valley offrent de multiples avantages à leurs salariés ... histoire de doper leur productivité. - Stephen Brasher -Getty Images - AFP

Après les repas offerts, les massages gratuits, la garderie, c'est LinkedIn qui cette fois se montre généreux en offrant les congés illimités à ses salariés. Cela n'est pas de la philanthropie: les entreprises sont souvent gagnantes avec la mise en place de ce genre d'avantages.

Les géants de la Silicon Valley sont prêts à offrir toujours plus d'avantages pour attirer les meilleurs ingénieurs dans leurs équipes. Chez LinkedIn, les salariés prendront désormais autant de congés qu'ils le souhaitent. Chaque employé négociera avec son manager, en fonction des besoins de son service. Pas de minimum ni de maximum dans le nombre de jours de vacances, seuls 17 jours fériés payés devront être obligatoirement pris par les salariés. Le dispositif est à la mode dans la Silicon Valley.

Le nombre d'emplois a augmenté dans la région de 15% depuis 2010, et les start-up n'ont d'autre choix que de rivaliser de générosité pour retenir et attirer les employés les plus talentueux. Ainsi, Netflix, lui aussi adepte des vacances illimités, donne par exemple jusqu'à un an de congé parental rémunéré à ses salariés. Airbnb et Evernote offrent de leur côté plusieurs milliers de dollars à leurs employés chaque année pour réaliser un voyage. La gratuité des repas (3 fois par jour) est devenu une norme chez Google, Facebook ou encore Yahoo. Même chose pour les navettes gratuites entre le domicile et le travail.

Des gains sur la productivité

Sans parler de nombreux services : massages, coiffeur, blanchisserie, salle de sport, garderie, ménage à domicile et autres subventions pour acheter une voiture électrique, prime pour la naissance d'un enfant. A cela s'ajoutent tablettes, smartphones et autres gadgets distribués gratuitement.

Mais la guerre des cerveaux n'est pas la seule motivation : la productivité en est une autre. Les vacances illimitées poussent les salariés à prendre moins de congés : les employés craignent d'abuser du système, d'être mal perçu et de rater une promotion. KickStarter, le spécialiste du crowdfunding, avait mis en place ce dispositif : les salariés ont pris moins de vacances, et les burn out ont fait leur apparition. La start-up a fait machine arrière: elle offre désormais 5 bonnes vieilles semaines de congés payés.

Simon Tenenbaum, édité par C.C.