BFM Business

Comment cette appli veut concurrencer Mon Petit Gazon

L'application Toofix est disponible via Google Play et l'Appstore.

L'application Toofix est disponible via Google Play et l'Appstore. - Toofix - Montage Bfmbusiness.com

Toofix, une application de Fantasy football, veut s’imposer dans un secteur dominé par le (très) populaire MPG. Avec quelques idées pour y parvenir.

Cela devait finir par arriver: le succès de Mon Petit Gazon, le très populaire jeu de Fantasy football, a fait des émules. Et les premiers concurrents sérieux (au moins dans les ambitions) apparaissent.

C’est le cas de Toofix, une application lancée en septembre dernier et qui revendique déjà 1.500 utilisateurs (à titre de comparaison, MPG en comptait 190.000 il y a un an). Un projet initié par trois anciens étudiants en école de commerce qui, après avoir travaillé quelques mois dans des start-up pour les uns, dans la publicité pour d’autres, ont décidé de se lancer dans le grand bain.

Le collectif mis en avant

Toofix - anagramme de footix, un terme péjoratif punissant une méconnaissance flagrante du football - ressemble à s’y méprendre à Mon Petit Gazon. Les joueurs créent une ligue, "achètent" des joueurs par le biais d’enchères fermées, forment leur équipe avant chaque journée de Ligue 1 et attendent fiévreusement les résultats des matchs.

À quelques différences près: "Nous avons mis en place un algorithme différent, qui prend seulement en compte 15 statistiques par match. La performance collective de l’équipe est mise en avant, et prime par rapport aux stats individuelles", résume Baptiste Le Bihan, l’un des cofondateurs.

Pour les connaisseurs, les postes des joueurs sont également plus conformes à la réalité (les latéraux ne peuvent pas jouer en défense centrale, idem pour les milieux de terrain). Un mercato d’hiver permet également d’effectuer des transferts à la fin des matchs aller de la ligue virtuelle.

Communication virale

Afin d’attirer les joueurs, Toofix compte s’appuyer sur une communication virale, et ainsi "fédérer une communauté". Sur les réseaux sociaux, le ton est donc volontairement décalé, ce détournement d’un discours de Marcelo Bielsa en étant la preuve.

Comme Mon Petit Gazon, tout le problème sera de monétiser l’audience potentielle de l’application, dont l’objectif est fixé à 30.000 utilisateurs d’ici un an. "Nous avons quelques pistes, notamment insérer un espace pub non intrusif sur l’appli", indique Baptiste Le Bihan. "Nous envisageons également des fonctionnalités payantes, comme la possibilité de créer une ligue de plus de 8 personnes, ou de créer un mode sans publicité". Autant dire que pour Toofix, le plus dur commence.

Yann Duvert