BFM Business

Ces technologies qui révolutionnent le secteur agricole

La robotique améliore la productivité et diminue la pénibilité du travail des agriculteurs

La robotique améliore la productivité et diminue la pénibilité du travail des agriculteurs - Naïo Technologies

Alors que l'édition 2018 du salon de l'agriculture s'achève dimanche 4 mars, les technologies et les innovations modifiant en profondeur les pratiques agricoles se répandent dans les champs, les fermes et les vignes.

Drones, robots, capteurs connectés… L’AgTech, la filière agricole de la FrenchTech, ne cesse d'innover. Lors de l'édition 2018 du salon de l'agriculture qui s'achève dimanche, 500 mètres carrés étaient même consacrés à ces nouvelles technologies au service de l'agriculture. 

Car les agriculteurs en sont friands. Entre 2013 et 2015, le ministère de l’agriculture a constaté une augmentation de 110 % de l’utilisation d’applications professionnelles par les agriculteurs possédant un smartphone. 79% d’entre eux utilisent internet, selon le rapport agriculture-innovation 2025. C’est plus que la moyenne française.

Les robots agricoles autonomes

Le robot de désherbage pour les salades Dino
Le robot de désherbage pour les salades Dino © Naïo Technologies

Pour diminuer la pénibilité, optimiser le temps de travail ou augmenter la productivité, les agriculteurs peuvent déjà compter sur des robots autonomes. En France, l'entreprise Naïo Technologies, créée en 2011, commercialise cinq machines différentes dont Dino, un robot de désherbage enjambeur de légumes qui évite l'utilisation de produit chimique. Côté Suisse, on mise sur l'utilisation ultra-ciblée d'herbicide. L'entreprise ecoRobotix a développé un robot autonome capable d'appliquer le produit chimique uniquement sur les mauvaises herbes. La machine est contrôlée à l'aide d'une application smartphone.

Le drone, outil de cartographie

Le drone permet de cartographier les besoins
Le drone permet de cartographier les besoins © Airinov

Grâce aux drones, les agriculteurs recueillent des données sur leurs cultures. La société française Airinov, dont Parrot est l'actionnaire majoritaire, est leader sur ce marché. Airinov propose aux agriculteurs de faire voler un drone au-dessus de leur exploitation, moyennant un coût de 10 à 15 euros par hectare. Les données récoltées sont ensuite retravaillées sous forme de cartes avec une présentation par zone de couleurs. Ainsi, l'agriculteur sait précisément à quel endroit il doit mettre de l'engrais. La start-up Chouette s'est quant à elle spécialisée dans les drones de surveillance (repérage de mildiou, évaluation de la surface des feuilles) des vignobles. Leurs appareils surplombent en vol automatisé les arpents de vigne en enregistrant des clichés à l'aide de leur caméra HD et des données multiples qui sont ensuite traitées grâce à des techniques d'intelligence artificielle et des algorithmes.

Des capteurs connectés 

-
- © Weenat

Grâce à des capteurs connectés, judicieusement placés, les agriculteurs peuvent récolter des données en temps réel et piloter en direct leur exploitation. La start-up française Weenat propose huit types de capteurs qui mesurent le taux de précipitation, d'humidité, ou encore la température de l'air et du sol. L'agriculteur, sans être présent physiquement sur la parcelle, a accès aux données depuis une application. La start-up a déjà installé plus de 2000 capteurs dans toute la France. 

“En 2018, être agriculteur c’est à la fois être chef d’entreprise, banquier, producteur, commercial, manager et technicien. Pour réussir à assurer tous ces métiers en même temps, le numérique est une évolution technologique indispensable”, explique le site internet du salon de l’agriculture. L'AgTech a encore de beaux jours devant elle.

Pauline Dumonteil