BFM Business

Capgemini court après l'Amérique avec les jambes en Inde

La société américaine Igate compte 33.000 collaborateurs, dont 27.000 sont installés en Inde, à la suite du rachat d'une société indienne en 2011.

La société américaine Igate compte 33.000 collaborateurs, dont 27.000 sont installés en Inde, à la suite du rachat d'une société indienne en 2011. - AFP Kenzo Tribouillard

La société de services informatiques débourse 4 milliards de dollars pour acheter son homologue américaine, Igate. L'Amérique du nord devient son premier marché et 48 % de ses effectifs, après le rachat, seront basés en Inde.

L'Amérique du Nord séduit nos grandes SSII en dépit d'un taux de change défavorable. Après Atos, qui lorgnait cette même société, c'est finalement Capgemini qui rachète Igate, firme américaine qui assure des services informatiques aux entreprises, en déboursant 4 milliards de dollars.

"Nous recherchions avant tout une société qui nous permette de nous renforcer géographiquement aux Etats-Unis", a expliqué Paul Hermelin, PDG de la société, en commentant le projet de rachat.

Avec ce rachat, Capgemini formera une société employant plus de 190.000 salariés et réalisant un chiffre d'affaires cumulé de 12,5 milliards de dollars en 2015.

Basée dans l'Etat du New Jersey, Igate exerce, outre-Atlantique, des métiers comparables à ceux qui ont fait le succès de Capgemini en France et en Europe.

Capgemini se renforce dans les prestations d'externalisation

Igate est spécialisée dans les services applicatifs et d'infrastructure (téléassistance technique pour les PC de bureau), ainsi que dans le Business process outsourcing, c'est-à-dire la gestion informatique déléguée pour le compte de grandes entreprises de fonctions internes comme la comptabilité, le recouvrement de créances ou la logistique.

Igate a dégagé en 2014 un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de dollars, assorti d'une marge opérationnelle de 19%. L'entreprise emploie 33 000 salariés travaille principalement en Amérique du nord, qui représente 79% de son chiffre d'affaires, ainsi qu'en Europe (16%) et en Asie-Pacifique (5%). En ajoutant ces employés, Capgemini aura au total plus de 50.000 employés travaillant pour ses clients nord-américains.

Igate emploie 33.0000 salariés dont 27 000 sont en Inde

Igate dispose d'un portefeuille de 280 grandes sociétés nord-américaines clientes, à l'instar de General Electric ou Royal Bank of Canada.

Après la finalisation de la transaction, approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux sociétés, l'Amérique du nord représentera 30% de l'activité totale du groupe en 2015.

Mais, les deux sociétés ont surtout en commun d'employer de très nombreux salariés en Inde. Igate emploie 31.500 collaborateurs, dont 27.000 sont installés en Inde à la suite du rachat en 2011 de la société indienne Patni, trois fois plus importante qu'elle, à l'époque.

De son côté, Cap Gemini a vu ses effectifs indiens dépasser ceux de la France dès 2009, à la suite du rachat de Kanbay en 2007.

Capgemini emploiera 83.000 salariés en Inde

Au total, le futur ensemble emploiera en Inde 48% % de ses effectifs totaux, composés de 190.000 employés. Rien que dans ses centres off shore indiens, ils seront 83.000 employés.

Ces milliers d'informaticiens indiens assurent, pour les grands clients occidentaux, le développement de logiciels ou d'applications à partir de centres off shore, implantés à Bangalore, Bombay, Delhi ou Chennai. Ces sites assurent aussi, pour ces mêmes clients, des prestations d'externalisation informatique de fonctions métiers de l'entreprise comme la comptabilité.

Capgemini a parallèlement fait part d'une bonne tenue de son activité au premier trimestre 2015: à taux de change et périmètre courants, son chiffre d'affaires a augmenté de 10,5% sur un an à 2,76 milliards d'euros (de 1,5% à taux de change et périmètre constants).

Les prises de commandes se sont élevées à 2,68 milliards d'euros, ce qui, à taux de change constants, représente une hausse de 10,3% sur un an. La société a relevé par la même occasion la prévision de croissance de son chiffre d'affaires pour 2015 à au moins 5%, contre une fourchette initialement prévue entre 3% et 5%.

Frédéric Bergé