BFM Business

Brevets: Samsung remporte une bataille face à Apple

Samsung et Apple se battent devant les tribunaux depuis 2012

Samsung et Apple se battent devant les tribunaux depuis 2012 - Mahmoud 9975 - Flickr - CC

Les juges de la Cour suprême des États ont invalidé un jugement qui demandait au géant coréen de rembourser 399 millions de dollars à son concurrent pour avoir violé des brevets sur le design des smartphones.

La Cour suprême des États-Unis a donné raison ce mardi à Samsung contre Apple et rejeté un jugement condamnant le groupe sud-coréen à dédommager Apple pour violation de brevets portant sur le design de ses smartphones.

La plus haute instance judiciaire aux États-Unis a renvoyé devant un tribunal, dans une décision prise à l'unanimité, ce dossier qui a fait l'objet de multiples rebondissements ces dernières années. Un juge californien avait condamné en 2012 Samsung à payer 399 millions de dollars à Apple pour avoir violé des brevets déposés pour la fabrication de l'iPhone. Samsung avait fait appel devant la Cour suprême.

Des icônes sur le design

Dans un jugement de 11 pages, la Cour suprême a jugé que Samsung ne pouvait être condamné à restituer la totalité des bénéfices liés à ses smartphones utilisant les brevets concernés et que l'amende de 399 millions de dollars était de ce fait excessive.

Les brevets en question portent notamment sur l'aspect de l'appareil avec "un écran rectangulaire avec des coins arrondis et une grille d'icônes sur un écran noir".

La Cour suprême ne s'est toutefois pas prononcée sur la mesure dans laquelle l'utilisation par Samsung de ces caractéristiques propres à l'iPhone devait se refléter dans l'amende.

"Les parties nous ont demandé d'approfondir et de déterminer si pour chacun des brevets en question, le produit concerné est le smartphone en lui-même ou un de ses composants en particulier", a indiqué la juge Sonia Sotomayor. "Faire cela demanderait de notre part d'effectuer un test et d'examiner le cas pour y procéder", a-t-elle souligné, optant plutôt pour renvoyer le cas devant une cour d'appel fédérale à Washington.

J.M. avec AFP