BFM Business

Bouygues et Free profitent des déboires de SFR

-

- - Bouygues Free

Avec respectivement 110.000 et 250.000 nouveaux abonnés mobiles sur le troisième trimestre 2017, Bouygues Telecom et Free profitent sur le plan commercial, des déboires de leur concurrent SFR.

Et pendant ce temps Bouygues Télécom et Free se frottent les mains. Alors que SFR est pris dans une tourmente boursière et peine à contenir l'hémorragie de ses abonnés, ses concurrents semblent pour le moment en profiter. 

À commencer par Bouygues Télécom. La filiale télécoms du groupe de construction s'est félicitée d'un gain net de 940.000 abonnés mobile sur les neuf premiers mois de l'année, dont 295.000 au seul troisième trimestre, qui lui permettait de disposer d'un parc clients de 13,9 millions d'abonnés au 30 septembre, dont 10,2 millions hors objets connectés et 7,7 millions disposant d'un forfait très haut débit mobile (4G).

Entre janvier et septembre, Bouygues Télécom a réalisé un chiffre d'affaires de 3,727 milliards d'euros, en hausse de 6% sur un an, avec un excédent brut d'exploitation (Ebitda) en progression de 27% à 882 millions.

33,90 euros en moyenne par client pour la Freebox

"Nous enregistrons également une très bonne performance commerciale" dans le fixe, a relevé Philippe Marien, directeur général délégué du groupe, se réjouissant du gain net de 243.000 nouveaux abonnés sur les neuf premiers mois de l'année -dont 110.000 entre juillet et septembre-, ce qui porte le total à 3,344 millions.

Côté Free, la performance est à peine inférieure. L'activité mobile a progressé de 6,3% à 554 millions d'euros, reflétant le recrutement de 250.000 abonnés durant le trimestre. L'opérateur revendique désormais près de 13,4 millions de clients ayant souscrit l'un de ses offres de téléphonie mobile.

La structure de cette clientèle a également évolué, avec une augmentation du nombre d'abonnés aux offres 4G, plus lucratives, dont le nombre a bondi de 600.000 pendant l'été.

Dans le même temps, l'activité de téléphonie fixe a progressé de 4,4% à 694 millions. Iliad a recruté 27.000 nouveaux abonnés sur le trimestre, portant leur nombre total à près de 6,5 millions. Et ces clients ont eux aussi évolué vers des offres plus chères, comme en attestent les 60.000 nouveaux abonnés à la fibre optique (internet très haut débit).

Le revenu moyen par abonné sur la téléphonie fixe a cependant diminué de 10 centimes par rapport au deuxième trimestre, revenant à son niveau du premier trimestre, soit 33,90 euros.

"Rien de nouveau sous le soleil"

Malgré leurs bonnes performances, les deux groupes ont préféré faire profil bas en refusant de s'étendre sur le cas SFR. "Sur le fixe, il y a un acteur qui est en difficulté (avec) une stratégie qui ne s'exécute pas comme prévu, a juste commenté à l'AFP Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad. Mais "il n'y a rien de nouveau sous le soleil, ça doit faire trois ans qu'on prend des abonnés de façon massive, nous et nos concurrents, à SFR." Du côté de Bouygues, on préfère même éviter de citer le deuxième opérateur télécom français. Philippe Marien s'est contenté d'estimer que sa "stratégie est probablement, aujourd'hui en tous cas, plus gagnante que celle d'autres". 

Frédéric Bianchi avec AFP