BFM Business

Bob, viré pour avoir fait sous-traiter son travail en Chine

L'Américain consacrait 50 000 dollars par an pour faire sous-traiter son travail

L'Américain consacrait 50 000 dollars par an pour faire sous-traiter son travail - -

Ce discret ingénieur américain décrit comme le meilleur de l'entreprise, confiait ses tâches quotidiennes à une entreprise chinoise. Jusqu’à ce que le pot-aux-roses ne soit découvert.

Externaliser vers l'Asie. Il n'y a pas que les entreprises qui le font. Aux Etats-Unis, c'est un ingénieur informatique qui a trouvé la solution idéale pour ne plus avoir à travailler : il a sous-traité ses tâches quotidiennes à une entreprise chinoise.

Ainsi, lorsqu'on regarde la journée type de Bob, ce discret ingénieur d'une quarantaine d'années, on se dit que les informaticiens ont la belle vie. Arrivée au travail vers 9 heures, visionnage de vidéos sur Youtube jusqu'à 11h30, puis déjeuner. L'après-midi, est ensuite consacrée aux tâches importantes : actualiser son profil Facebook et faire des achats sur Ebay. Pas mal pour un salaire à six chiffres.

Une opération rentable

Bob avait donc une astuce toute simple : faire travailler des Chinois à sa place. Sur son salaire annuel de plusieurs centaines de milliers de dollars, il en alloue 50 000 à une entreprise de consulting de Shenyang, dans le nord du pays. Ils écrivent du code pour lui, et envoient le tout par fichier PDF.

Mais un jour, sa société se demande pourquoi il y a tant d'échanges entre ses locaux et la Chine. Elle croit que son réseau a été piraté.C'est une équipe de sécurité du fournisseur d'accès Verizon qui découvre le pot aux roses. Depuis, Bob ne travaille plus pour l'entreprise en question.

Dommage, grâce à son sous-traitant, il avait été élu "meilleur développeur du bâtiment".

Anthony Morel