BFM Business

Blockchain en entreprises : bientôt la fin du mythe ?

La blockchain appliquée à l'industrie pourrait par exemple servir la construction et plus précisément la rénovation de bâtiments.

La blockchain appliquée à l'industrie pourrait par exemple servir la construction et plus précisément la rénovation de bâtiments. - Pixabay

L’Etat a décidé de mettre les bouchées doubles pour développer concrètement la technologie de transmission de l’information qu'est la blockchain au coeur des entreprises. En tous cas, l'intention y est...

Ce n'est pas le tout de vouloir, encore faut-il que les bonnes résolutions soient suivies d'actions. En attendant, le ministère de l’Economie et des Finances a décidé de lancer une « task force » dédiée à la blockchain. Et cette dernière commence à prendre forme...

Par « task force », il faut comprendre : rassemblement d'institutions publiques à l'instar de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ou de la Caisse des dépôts, d'organismes privés, mais également d'économistes. Lesquels se sont donnés rendez-vous jeudi 25 juillet pour discuter d'un sujet désormais récurrent, mais surtout essentiel pour les entreprises et pas seulement pour les banques : la blockchain.

Organisée sous la houlette de la Direction générale des entreprises de Bercy, cette réunion avait pour ambition de générer un dialogue plus approfondi entre les acteurs qui forment l’écosystème blockchain et l’Etat. Histoire de permettre à ce dernier de mieux suivre le développement des projets. En principe, cette « task force » dédiée à la blockchain devrait désormais avoir lieu au moins deux fois par an.

L'industrie au coeur de toutes les attentions

Dans l'absolu, si cette réunion bi-annuelle se tient désormais, c'est aussi parce que l'exécutif a parfaitement pris la mesure du fait que cette fameuse technologie de transmission a beau s'avérer bien implantée dans le secteur de la finance, notamment au sein des banques, son déploiement dans d'autres secteurs fait encore clairement défaut. D'où la volonté affichée du gouvernement que de se concentrer sur l'industrie pour y développer ladite technologie. Une filière qui se révèle en perte de vitesse depuis des dizaines d'années et dont la dynamique pourrait être retrouvée en ayant, notamment, recourt à la blockchain.

Dans le détail, la blockchain appliquée à l'industrie pourrait par exemple servir la construction et plus précisément la rénovation de bâtiments. Elle pourrait également permettre de certifier certaines prestations. Même son de cloche du côté de la filière agroalimentaire, où, là encore, la blockchain pourrait optimiser la traçabilité des produits.

A quand la pratique ?

En avril dernier, le ministère de l'Economie avait déjà fait état de la stratégie nationale qu'il comptait déployer en ce qui concerne la blockchain. Une première étape clé avait été de délimiter le cadre juridique et fiscal qui entoure cette technologie. Ce qui a donc été fait dans le cadre de la loi de finance 2019 et de la loi Pacte.

Depuis, d'autres axes de développement ont été annoncés. Pour l'exécutif, tout l'enjeu tient désormais au fait de « renforcer l’excellence et la structuration des filières industrielles françaises pour déployer des projets ambitieux basés sur les technologies de registres distribués », d'« être à la pointe des enjeux technologiques », d'« encourager les projets innovants s’appuyant sur les technologies de registres distribués » et d'« accompagner et sécuriser les porteurs de projets blockchain dans leurs questionnements, notamment juridiques et réglementaires ».

Et maintenant que les choses sont dites, reste à savoir si les mises en applications concrètes et voulues par le gouvernement verront le jour dans les mois à venir.

Julie COHEN-HEURTON