BFM Business

Aspirateurs: Dyson accuse Bosch de tricher comme Volkswagen

L'équipementier est accusé par son concurrent Dyson d'utiliser un logiciel du même genre que celui qu'il fournissait à VW pour améliorer artificiellement l'efficacité énergétique de ses aspirateurs.

Après le scandale Volkswagen, le scandale Bosch ? James Dyson, l'inventeur de l'aspirateur sans sac, a intenté une action en justice contre son rival allemand, qu'il accuse de "tricher comme Volkswagen", rapporte le journal Les Echos, qui cite la presse britannique.

Le rapprochement est aisé: Bosch a justement conçu le logiciel fraudeur qui truquait les émissions polluantes des véhicules diesel du constructeur. Mais tout en mettant en garde VW qu'en équiper ses modèles serait "illégal", se défend Bosch.

Des aspirateurs qui consomment plus qu'en phase de test

Là, l'équipementier allemand est directement mis en cause. James Dyson l'accuse de tromper le consommateur sur l'efficacité énergétique de ses appareils grâce au même type de technologie. Certains de ses aspirateurs usurperaient ainsi le label énergétique européen qui récompense leur faible consommation. Alors qu'en réalité, ils pomperaient beaucoup plus de courant qu'indiqué sur la boîte. "Un comportement semblable à celui constaté chez Volkswagen", assure le fondateur de Dyson.

Dyson dit avoir fait réaliser des tests indépendants sur des aspirateurs qui bénéficient de la meilleure note au barème européen de l'efficacité énergétique, AAA. Ces aspirateurs seraient donc censés consommer 750W maximum. En fait, lorsque leur sac est plein, ils consommeraient plus du double pour maintenir leur puissance d'aspiration, jusqu'à 1.600W. Une boulimie de watts qui correspond à la note E ou F selon les critères européens, indique James Dyson.

"Il semble que l'industrie soit plombée par des fabricants qui mettent l'ingénierie au service du passage des tests plutôt qu'au service du développement de meilleurs produits, plus efficaces", en conclut le Britannique, qui a lancé des procédures en justice en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas.

Une bataille juridique acharnée entre Bosch et Dyson

Toutefois, pour le site du Telegraph, la méthodologie de test de l'Union européenne pourrait être davantage à blâmer que les pratiques de Bosch. Les experts européens mesurent en effet les performances des appareils alors que le sac est vide. Un protocole "fondamentalement vicié", dont "profite Bosch", et qui "induit le consommateur en erreur", estime James Dyson.

Bosch, de son côté, nie formellement que ses aspirateurs consomment davantage d'énergie en dehors des laboratoires de test européens, et "toute suggestion contraire serait grossièrement mensongère". "Nous ne comprenons pas les accusations de Dyson et nous les rejetons énergiquement", a fait savoir la marque.

Le quotidien rappelle que les hostilités entre Dyson et Bosch ne datent pas d'hier. Début 2015, l'Allemand avait attaqué le Britannique, l'accusant déjà de tricher sur l'efficacité énergétique de ses modèles, et obtenant gain de cause. En 2012, c'est l'Anglais qui poursuivait son concurrent allemand en justice, arguant qu'il avait payé un de ses employés pour voler ses secrets industriels.

N.G.