BFM Business

Apple renonce à son méga data center irlandais à 850 millions d'euros

Le projet de datacenter d'Apple en Irlande devait créer 300 emplois.

Le projet de datacenter d'Apple en Irlande devait créer 300 emplois. - Apple

Apple abandonne le datacenter géant qu'il projetait de bâtir pour 850 millions d'euros en Irlande. En cause, des procédures judiciaires à rallonge ayant retardé le début des travaux et fini par lasser le constructeur californien.

Apple renonce à un investissement majeur dans un datacenter géant en Irlande, pays européen où il emploie déjà 6000 salariés. "En dépit de tous nos efforts, des retards dans la procédure d'approbation nous ont forcé à envisager d'autres plans, nous ne sommes pas en mesure de mener à bien ce projet", annonce le géant américain. La ministre irlandaise des Entreprises, Heather Humphreys, dit "regretter profondément qu'Apple ne poursuive pas ses plans", soulignant que le projet constituait "une source importante d'investissement et de création d'emplois" dans le comté de Galway situé à l'ouest de l'ïle.

Le projet de datacenter au Danemark continue

Dévoilé en 2015, ce gigantesque centre informatique de 166.000 mètres carrés devait héberger les données des clients de ces services cloud et de de contenus (iTunes, iCloud, iMessage). Représentant un investissement de 850 millions d'euros, il devait être réalisé dans une zone rurale du comté de Galway, sur la côte ouest de l'Irlande et créer 300 emplois à terme.

Le groupe continue le développement d'un autre centre de données en Europe, au Danemark, également annoncé en 2015 et pour un montant comparable à celui d'Irlande, autour de 850 millions d'euros

Prévu pour être opérationnel en 2017, le projet de datacenter irlandais a été contrarié par un contentieux judiciaire qui a constamment retardé sa construction. Trois particuliers avaient formulé des recours destinés à protéger une forêt située à proximité du site pressenti par Apple, inquiets des répercussions environnementales du projet mais aussi de la viabilité énergétique du site. Selon eux, des évaluations appropriées sur l'impact environnemental n'avaient pas été réalisées. Ils avançaient que l'installation, très gourmande en énergie, pourrait utiliser jusqu'à 6% de la production nationale d'électricité.

De son côté, Apple assurait que le centre fonctionnerait entièrement avec des sources d'énergies "propres et renouvelables". "Ces installations auront le plus faible impact environnemental pour un centre de données Apple à ce jour", garantissait le groupe américain en 2015.

Une procédure judiciaire à rallonge

En octobre 2017, la justice irlandaise avait fini par donner son feu vert au début des travaux mais la semaine dernière, la possibilité de formuler un appel devant la Haute cour de justice avait été confirmée à deux des plaignants irlandais.

La justice locale avait également averti qu'elle pourrait être contrainte de porter l'affaire devant la Cour de Justice de l'Union européenne, ce qui pouvait laisser craindre au groupe américain des retards supplémentaires dans l'exécution de son projet.

Malgré ce revers, Apple a pris soin d'affirmer qu'elle continuait à développer ses activités et ses investissements dans le pays, au moment où l'entreprise doit rendre à Dublin 13 milliards d'euros d'avantages fiscaux jugés indu s par l'Union européenne.Le gouvernement irlandais, qui entend "se conformer à ses obligations légales", va donc placer les sommes en jeu sur un compte bloqué en attendant le résultat des appels du pays et du groupe américain sur le fond de la décision.

Frédéric Bergé avec AFP