BFM Business

Apple a-t-il déclaré la guerre à Spotify pour protéger Apple Music?

Difficile pour Apple d'être ouvert à tous les services et de protéger en même temps son modèle économique.

Difficile pour Apple d'être ouvert à tous les services et de protéger en même temps son modèle économique. - Jonathan Nackstrand - AFP

L’App Store est-il une arme pour freiner la concurrence? C’est l’accusation de Spotify, dont la mise à jour de l'application vient d’être rejetée du magasin du géant californien.

L’App Store n’est pas un service public, mais un espace commercial qu’Apple ouvre à des partenaires, mais qu’il ferme à d’éventuels concurrents si ses intérêts sont en jeu. C’est ce que vit actuellement Spotify dont la mise à jour de l'application mobile vient d’être rejetée par le géant de Cupertino.

L’éditeur européen, leader mondial de la musique en streaming, a reçu un courrier d’Apple lui expliquant la raison de cette décision dont le contenu a été révélé par ReCode. "Si Spotify veut utiliser [notre] application pour acquérir de nouveaux clients et vendre des abonnements", il doit impérativement utiliser le système de facturation d’Apple. Selon MacRumors, Spotify aurait voulu intégrer dans son appli une offre promotionnelle pour attirer de nouveaux clients, mais sans passer par les caisses enregistreuses du géant californien.

Apple gagne plus avec Spotify qu'avec Apple Music

Avant de transmettre le dossier à Margrethe Vestager, commissaire européen à la concurrence qui gère les dossiers d’abus de position dominante et de pratiques anticoncurrentielles des géants américains du net, Horacio Gutierrez, directeur juridique du groupe suédois, a adressé une lettre à Bruce Sewell, son homologue chez Apple.

Il lui explique que ce rejet "soulève des préoccupations importantes en matière de réglementation américaine et européenne sur la concurrence. Il s'inscrit dans une tendance troublante de diminution de compétitivité de Spotify sur iOS face à Apple Music." Horacio Gutierrez conclut en pointant l’utilisation de l’App Store comme "une arme pour affaiblir la concurrence", celle qui menace Apple Music.

Jonathan Prince, directeur de la communication de Spotify, ajoute que ce qui dérange Apple, c’est que le groupe "gagne plus d'argent avec Spotify qu'avec Apple Music et ne partage rien de tout cela avec l'industrie de la musique. Ils veulent avoir leur gâteau et manger aussi celui des autres."

Amazon comprend la position d'Apple

Cette affaire n’est pas la première du genre. Il y a quelques années, Amazon a également fait les frais des conditions d’utilisation de l’App Store. Et pour que son appli reste sur le magasin d’applications mobiles, mais aussi pour ne pas verser 30% de ses ventes à Apple, il a décidé de retirer l’option d’abonnement de l’appli.

Mais Jeff Bezos semble comprendre cette politique: il l'applique désormais à son propre groupe. Dans Fortune, il expliquait il y a un mois pourquoi il ne vendait plus l'Apple TV. Pour le patron d'Amazon, ce n’est pas un problème de concurrence. Cette décision s’appuie sur le fait que le boîtier ne prend pas en charge son service vidéo et que cela pourrait créer une "confusion chez les clients". Et aussi un manque à gagner pour les éditeurs.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco