BFM Business

Âgé de 13 ans, ce prodige aide IBM à améliorer son intelligence artificielle

-

- - YouTube

À 5 ans il apprenait à coder, à 9 ans il créait son appli pour iPhone et depuis un an Tanmay Bakshi, jeune surdoué canadien, est consulté par IBM pour travailler sur Watson, son programme d'intelligence artificielle.

Ce n'est assurément pas l'adolescent moyen. À l'âge où la plupart de ses camarades découvrent Snapchat et créent leur premier compte Facebook, Tanmay Bakshi donne des conférences dans le monde entier, a 125.000 abonnés à sa chaîne YouTube où il parle d'algorithmes et de langages de programmation. Et il est consultant pour IBM pour les questions de cloud et d'intelligence artificielle. Le tout à treize ans, donc.

Ce jeune Canadien qui vit en banlieue de Toronto s'est dès son plus jeune âge intéressé au fonctionnement des produits technologiques qui l'entouraient. À l'âge de cinq ans, son père, programmeur d'origine indienne arrivé au Canada en 2004, lui apprenait les rudiments de la programmation. "Au début, c'était des langages basiques comme FoxPro et Batch (utilisé notamment dans les logiciels Microsoft) avec mon père et à partir de là j'ai commencé à utiliser internet et me plonger dans les livres pour apprendre des codes plus récents comme iOS Development", confie le jeune Canadien à BFM Business.

"J'ai repéré un bug dans le programme d'IBM"

À neuf ans, Tanmay développe ainsi tTables, une application de calcul mental pour enfants qu'il réussit à faire publier sur l'appStore d'Apple. Il devient une petite célébrité dans le monde de la tech. À onze ans, il part à l'assaut de l'intelligence artificielle et s'intéresse évidemment à Watson, le fameux logiciel d'IBM qui a notamment remporté le jeu télévisé américain de questions Jeopardy. Il crée alors une chaîne YouTube où il tente d'expliquer comment fonctionne l'intelligence artificielle et comment elle pourrait changer nos vies.

Et c'est justement grâce à Watson qu'il se fait repérer par IBM. Tanmay repère en effet un bug dans le programme! Un problème un peu technique qu'il nous explique:

"Quand j'ai découvert pour la première fois Watson, l'un de ses services, Document Conversion, était encore en version expérimentale. Pendant que je l'utilisais, j'ai découvert qu'il ne convertissait pas les documents en plusieurs unités de réponse, et qu'il produisait simplement la totalité de l'entrée. J'ai signalé le bug à Stack Overflow [un site de questions-réponses pour programmeurs, NDLR], et j'ai tweeté à ce sujet, ce qui a d'abord attiré l'attention d'IBM. Ils ont ensuite découvert ma chaîne YouTube et adoré ma façon d'enseigner les services de Watson. Depuis, je me considère comme faisant partie de cette formidable organisation".

S'il n'est pas à proprement parler payé par IBM, il collabore gracieusement avec les équipes techniques au titre de Honorary IBM Cloud advisor et IBM Champion for Cloud. Une sorte de consultant doublé d'un ambassadeur, ce qui l'amène à donner des conférences dans le monde pour IBM, ou à l'occasion des fameuses conférences TedX.

"L'intelligence artificielle va amplifier les capacités humaines"

Bref, à treize ans, Tanmay est déjà une sommité dans le milieu de la tech. Il continue à étudier et porter la bonne parole en ce qui concerne l'intelligence artificielle (IA) qu'il voit comme une des plus grandes révolutions de l'Histoire de l'humanité. "Dans des domaines comme les soins de santé, l'IA va permettre de sauver et augmenter les vies humaines d'une manière que les humains eux-mêmes n'auraient jamais imaginée, assure-t-il. De plus, comme l'IA fait déjà partie intégrante de notre vie, que nous en soyons conscients ou non, il est difficile de dire ce que l'avenir de l'IA entraînera. Cependant, je peux le dire à coup sûr: dans les cinq prochaines années, une fois que nous aurons compris comment optimiser l'apprentissage en profondeur (le deep learning), une fois que les gens commenceront à s'adapter et à adopter cette technologie à bras ouverts, nous verrons un impact encore plus grand. L'IA va amplifier les capacités humaines".

Le petit génie qui n'a jamais passé de test de QI fait preuve d'un grand optimisme sur l'avenir de l'humanité. Et s'il est féru de programmation, il rêve aussi de concevoir des produits grand public afin de démocratiser la technologie. D'ailleurs, son idole dans le secteur n'est pas vraiment un bidouilleur, mais le père de l'iPhone: "J'admire et respecte Steve Jobs en raison de sa passion et de son dévouement pour son travail, et de son attitude de ne jamais abandonner". Tanmay Bakshi, un nom dont on devrait entendre parler dans les années à venir.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco