BFM Business

PSA double Valeo pour devenir le premier déposant de brevets en France

-

- - -

Derrière PSA et Valeo, la troisième place est occupée par Safran, selon le classement 2019 de l'Institut national de la propriété industrielle.

Valeo a perdu en 2019 sa couronne nationale de champion des dépôts de brevets, couronne que l'équipementier automobile détenait depuis 2016. Le groupe a été doublé l'an passé par PSA, selon le classement* 2019 de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi).

Avec 1.183 demandes de brevets publiées (109 de plus que l'année précédente), le constructeur augmente son nombre de dépôts de plus de 10%, contre 1.034 demandes pour Valeo (soit une baisse de plus de 23% sur un an).

PSA retrouve en fait la première place du palmarès, qu’il avait occupée de 2007 à 2015, avant de se la voir ravir par le groupe Valeo.

Dépôts de brevets en 2019
Dépôts de brevets en 2019 © Inpi

La recherche publique très présente

La troisième place est occupée par Safran avec 871 demandes publiées (contre 783 demandes publiées en 2018).

Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) conserve la quatrième place avec 659 demandes publiées, tandis que le groupe automobile Renault se classe cinquième, avec 426 demandes de brevets déposées. 

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Airbus, Thales, L'Oréal et Faurecia viennent ensuite compléter le top 10 du palmarès.

"Cette nouvelle édition montre que les grands groupes dominent largement le palmarès, parce qu’ils ont pleinement intégré la propriété industrielle dans leur stratégie d’innovation, ce qui n'est pas toujours le cas pour les plus petites entreprises", commente Pascal Faure, le directeur général de l'Inpi, cité dans le communiqué.

"Cette tendance récurrente confirme la nécessité des actions de sensibilisation à la propriété industrielle menées en direction des plus petites entreprises et du monde de la recherche. C’est tout le sens des dispositions de la loi PACTE, en faveur d’une meilleure prise en compte de la propriété industrielle dans la démarche d’innovation, en particulier pour les petites structures", poursuit-il.

La moitié des brevets déposés par 50 acteurs

Par ailleurs, la concentration s'accélère. Ainsi, les 50 premiers déposants représentent plus de la moitié de l’ensemble des demandes de brevets publiées l'an dernier, contre un tiers seulement en 2004.

Dix organismes de recherche publique sont présents dans le palmarès des principaux déposants. Outre le CEA et le CNRS, IFP Energies nouvelles se classe ainsi à la 13e place avec 190 demandes publiées.

Par secteurs, la mécanique reste le domaine technologique le plus représenté avec plus de 40% des demandes de brevets, devant l’électronique/électricité, suivis par la chimie.

L'Inpi a également dressé des classements thématiques. Ainsi, chez les PME c'est Aledia qui a déposé le plus de brevets l'an passé devant Supergrid Institute et Sysnav. 

Dans les ETI, GTT (Gaztransport et Technigaz) prend la médaille d'or devant Soitec et Trèves PSI.

Au total, 14.844 demandes de brevets ont été publiées à l’Inpi en 2019.

*Les demandes de brevets publiées en 2019 correspondent à des inventions dont la demande de protection a été faite 18 mois avant la publication, c'est-à-dire entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018.

Olivier Chicheportiche