BFM Business

L'emploi des cadres reste dynamique

-

- - -

Après une année 2018 "exceptionnelle" en terme de recrutements, l'Apec prévoit que la dynamique se poursuive en 2019, mais un peu moins fortement.

"L'emploi cadre se porte bien, très bien, mais avec des petits bémols", résume Bertrand Hébert, directeur général de l'Apec. L'année 2018 a été "une année record", avec pour la troisième année consécutive, une croissance à deux chiffres pour les recrutements (+11%). "Cela a profité à tous les territoires, tous les secteurs et tous les profils de cadres", précise l'Apec.

Pour 2019, elle prévoit que cette hausse se poursuive, portée par le secteur des services (informatique-télécommunication, ingénierie-R&D et conseil) et par l'Île-de-France, qui devrait rester un des principaux pourvoyeurs de recrutements cadres (48% des embauches). Elle explique cette dynamique par un maintien des investissements et "un besoin très fort de transformation". Les entreprises cherchent les profils et les compétences qui leur permettront de répondre à ces changements, comme les évolutions réglementaires ou l'évolution de la culture client... Et c'est valable dans tous les secteurs d'activité. 

Des "besoins forts" pour transformer les entreprises

En tout, l'Apec prévoit entre 270 700 et 292 000 embauches pour cette année, soit une progression entre +2% et +10%. "C'est une dynamique qui reste favorable, mais avec un tableau contrasté", remarque l'association. Elle prévoit que cela sera sûrement plus difficile dans certaines régions, comme en Bourgogne, dans le Val-de-Loire ou en Normandie, "où cela risque de se tasser à cause du tissu productif, qui ne permet pas de faire plus"...

L'Association pour l'emploi des cadres envisage que ce sera aussi plus compliqué dans le commerce de détail ou dans certains secteurs industriels comme le bois, le papier ou le textile et elle souligne des difficultés croissantes à "trouver des compétences". Elle insiste ainsi sur la nécessité d'avoir des formations adaptées. Elle note d'autre part l'augmentation des promotions internes, de plus en plus privilégiées par les entreprises. 

Si la dynamique des recrutements des cadres ralentit, elle n'en est pas moins "historique", estime l'Apec, avec des "besoins forts" provoqués par la transformation des sociétés. Et elle prévoit que cela se poursuive au-delà de 2019, avec le seuil record des 300 000 recrutements sur un an, qui pourrait être atteint en 2021.