BFM Business

Un milliard d'euros de cessions pour Areva

Une alliance avec la Compagnie nationale des mines est une option.

Une alliance avec la Compagnie nationale des mines est une option. - Charly Triballeau - AFP

Le géant du nucléaire étudie la vente d'actifs miniers ou encore la cession de sa filiale logistique.

Areva veut redresser ses finances. Et pour cela, le géant français du nucléaire devrait réaliser "plus d'un milliard d'euros de cessions", indique le Journal du Dimanche ce 8 février. La vente d'actifs miniers est étudiée mais aussi la cession de la filiale logistique ou l'activité de démantèlement de sites nucléaires.

Le groupe voudrait garder le contrôle de sa filiale dédiée aux mines d'uranium, valorisée entre 3 et 4 milliards d'euros. Mais pour le gouvernement, qui ne prévoirait pas de renflouement cette année, les mines pourraient "rester dans le giron public mais pas forcément chez Areva", selon une source à Bercy, qui n'a pas été nommée par le JDD.

Une alliance avec la Compagnie nationale des mines, lancée il y a un an par Arnaud Montebourg, lorsqu'il était ministre du Redressement productif, est une option. Une éventuelle cession de la filiale de logistique nucléaire pourrait rapporter entre 200 et 300 millions d'euros, avance encore le JDD. Une cession de l'activité de démantèlement de sites nucléaires pourrait, elle, monter jusqu'à 500 millions d'euros.

Des pertes massives pour 2014

Areva a publié lundi dernier un chiffre d'affaires en baisse de 8% à 8,34 milliards d'euros pour 2014, et averti qu'il risquait de devoir déprécier des actifs.

Selon une source "proche du groupe" citée par le JDD, Areva pourrait annoncer des pertes massives pour 2014 "supérieures à 3 milliards d'euros". Contacté par l'AFP, le groupe n'a pas souhaité commenter ces informations.

La direction d'Areva doit présenter un plan stratégique le 4 mars, à l'occasion de la publication de ses résultats annuels, qui devrait donner des pistes pour le redressement du groupe.

D. L. avec AFP