BFM Business

SNCF: le trafic TGV Nord perturbé par une grève des conducteurs

Des trains en gare SNCF (Photo d'illustration).

Des trains en gare SNCF (Photo d'illustration). - Loic Venacnce- AFP

Suite à un préavis de grève déposé vendredi, 50% des conducteurs de TGV n'ont pas pris le travail ce lundi pour protester contre des changements d'horaires.

Le trafic des TGV Nord était perturbé lundi par une grève due à un changement à venir des horaires des trains, avec huit TGV sur dix sur l'axe Paris-Lille et un TGV sur deux pour le reste de la région Hauts-de-France.

Un préavis de grève avait été déposé pour les deux journées de lundi et mardi, ainsi que pour une grève reconductible à partir du 13 décembre. Il implique, pour la journée de lundi, "50% des conducteurs", selon un porte-parole de la SNCF.

Ce mouvement de grève "concerne la mise en place du changement des horaires de service à partir du 15 décembre. Comme chaque année, on change les horaires des trains, mais cette fois-ci de façon un peu plus forte que d'habitude", avait indiqué à l'AFP Tanguy Cotte-Martinon, directeur de l'axe TGV Nord.

Une concertation entre la direction et les syndicats a été menée "ces derniers mois. On a trouvé énormément de points d'accord", mais il y a "quelques points d'achoppement", dont "le principal porte sur les rémunérations", a-t-il expliqué. Mais "on continue à discuter", a-t-il ajouté.

11% de places en plus entre Paris et Lille

Cette modification des horaires doit permettre "d'accompagner la croissance du trafic" car "on va offrir l'année prochaine 11% de places en plus entre Paris et Lille par exemple. Au global, on aura deux millions de voyageurs en plus à grande vitesse dans les Hauts-de-France", a précisé M. Cotte-Martinon.

Quatre syndicats - la CGT-Cheminots, l'Unsa ferroviaire, SUD-Rail et FO-Cheminots - ont appelé à la grève pour obtenir "des compensations car certains agents vont perdre en rémunération", a indiqué Florent Monteilhet, secrétaire général adjoint de l'Unsa ferroviaire.

"Ce qui nous dénonçons, c'est une productivité accrue, avec plus de dimanches à travailler, des amplitudes plus grande et une moyenne kilométrique en augmentation, sans aucune répercussion à la hausse sur la rémunération des agents de conduite", a précisé Nicolas Pavard, Délégué CGT à Valenciennes.

Ce dernier dément les affirmations de Tanguy Cotte-Martinon, et soutient, lui, que depuis "jeudi, il n'y a plus de discussion" entre la direction et les syndicats de conducteurs. "A ce jour la direction de l'axe TGV Nord ne nous a pas contactés. La balle est dans son camp".

F.B. avec AFP