BFM Business

Nissan: Jean-Dominique Senard devrait remplacer Carlos Ghosn au conseil d'administration

Carlos Ghosn a été démis de ses fonctions chez Nissan peu après son arrestation à Tokyo en novembre.

Carlos Ghosn a été démis de ses fonctions chez Nissan peu après son arrestation à Tokyo en novembre. - Scott Heppell - AFP

Le conseil d'administration de Nissan a proposé mardi de nommer Jean-Dominique Senard comme administrateur, pour occuper le siège laissé vacant par Carlos Ghosn depuis son arrestation. La question de savoir qui va prendre la tête du conseil d'administration n'est toujours pas tranchée.

Le groupe automobile japonais Nissan tient ce mardi un conseil d'administration. Ce dernier a proposé de nommer un nouvel administrateur pour remplacer Carlos Ghosn, dont le siège est laissé vacant depuis l'incarcération de celui-ci. Le nom de Jean-Dominique Senard, nouveau président de Renault, a été soumis. Pour être effective, sa nomination doit recevoir l'approbation des actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire prévue le 8 avril.

A cette occasion, les actionnaires seront aussi appelés à voter la révocation de Carlos Ghosn et de son bras droit Greg Kelly. Tous deux démis de leurs fonctions chez Nissan peu après leur arrestation le 19 novembre à Tokyo sur des soupçons de malversations financières, ils gardent leur titre d'administrateurs tant que l'assemblée générale n'a pas acté leur éviction. Le groupe n'a pas prévu à ce stade de remplacer Greg Kelly.

Toujours pas de tête au conseil

Jean-Dominique Senard, personnalité saluée par le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, comme un homme "avec qui on peut discuter", siègera après cette date au sein du conseil d'administration de Nissan, mais il n'a pas encore été décidé qui en prendrait la tête.

Aucun successeur à Carlos Ghosn n'a pour l'instant été nommé. Hiroto Saikawa pensait initialement assurer l'intérim, selon les médias japonais, mais il a finalement préféré temporiser.

Le choix d'un nouveau président n'interviendra probablement pas avant juin, une fois reçues les conclusions du comité chargé d'améliorer la gouvernance, dont l'affaire Ghosn a révélé les lacunes, avait précisé Hiroto Saikawa en janvier. Lui-même passera ensuite le relais, avait-il dit.

Relations tendues

Les relations sont tendues entre Nissan et son principal actionnaire Renault depuis l'interpellation de Carlos Ghosn à la suite d'une enquête interne du constructeur japonais, qui a transmis les éléments à la justice, dénonçant des agissements "graves".

Lors d'un entretien accordé jeudi à l'AFP, Carlos Ghosn avait dénoncé "un piège", se disant victime d'une "trahison".

Renault n'a pas congédié Carlos Ghosn même après son inculpation au Japon. Mais le dirigeant franco-libano-brésilien a décidé de démissionner de son poste de PDG après s'être vu refuser à plusieurs reprises une mise en liberté sous caution.

Dans la foulée, Jean-Dominique Senard, patron de Michelin, a été élu président de Renault et Thierry Bolloré nommé directeur général.

Avec AFP