BFM Business
Industries

La grève se durcit à l'usine d'Anglet de Dassault Aviation

Dassault Aviation (photo d'illustration).

Dassault Aviation (photo d'illustration). - ERIC PIERMONT / AFP

Une grève paralyse depuis plusieurs jours l'usine Dassault Aviation d'Anglet, dans les Pyrénées-Atlantiques. Les grévistes réclament une revalorisation salariale.

La grève au sein de l'usine Dassault Aviation d'Anglet, dans les Pyrénées-Atlantiques, s'est durcie vendredi au cinquième jour de mobilisation, avec 300 ouvriers grévistes paralysant le site de production, pour réclamer une revalorisation salariale, selon les syndicats. A l'appel de la CGT et de la CFDT, près de l'ensemble des ouvriers grévistes - sur les 400 que compte l'usine - empêchent un avion de sortir des ateliers, paralysant par conséquent le reste de la production. "On a durci le mouvement parce qu'on est dans une impasse", a affirmé Christophe Brisé, délégué syndical CGT, à l'AFP.

Depuis mardi, les grévistes se relaient tous les quarts d'heure, entre 6h et minuit, pour empêcher la livraison d'un avion. "La direction parie sur l'épuisement mais ils vont finir par payer d'énormes pénalités de retard", selon Christophe Brisé. Depuis quatre mois, le syndicat réclame une revalorisation mensuelle "de 200 euros net pour tous les salariés" afin de "rattraper" les années précédentes sans augmentation majeure.

Les NAO (négociations annuelles obligatoires) signées avant la fin de l'année 2021 entre la direction du groupe d'une part, et la CFE-CGC et l'UNSA de l'autre "ont amplifié la colère", estime le syndicaliste. Avec une augmentation mensuelle de 32 euros pour les non-cadres, à mettre en parallèle avec l'inflation, "on perd encore du pouvoir d'achat", estime Christophe Brisé. Les salariés grévistes ont rappelé la veille "qu'ils étaient prêts à continuer" tant que des négociations salariales ne seront pas rouvertes au sein du groupe Dassault.

Méga-commande des Emirats arabes unis

Depuis début décembre, plusieurs des neuf usines de production françaises sont régulièrement bloquées. Sur le site de Mérignac (Gironde), qui emploie plus de 2000 personnes dont 70% de cadres, 150 grévistes ont procédé à des barrages filtrants jeudi devant l'entrée de l'usine, selon la CGT. D'autres opérations, comme "le blocage d'avion en sortie de chaîne" sont également prévues la semaine prochaine sur ce site où est assemblé le Rafale.

En 2021, Dassaut Aviation a regarni son carnet de commandes avec davantage d'avions d'affaires Falcon - 51 commandes l'an passé, 15 en 2020 - et a par ailleurs connu une année faste sur le plan militaire avec 49 Rafale commandés (37 pour l'export et 12 pour la France) en 2021. Il n'y en avait pas eu les deux années précédentes. La méga-commande de 80 Rafale par les Emirats arabes unis début décembre n'est pas comptabilisée sur l'année 2021, le contrat n'étant pas encore entré en vigueur.

J. Br. avec AFP