BFM Business

La France et l'Allemagne lancent l'avion de combat européen du futur

Dassault Aviation  et Airbus vont réaliser ensemble la première étude commune de concept au profit du programme européen de Système de combat aérien futur (SCAF).

Dassault Aviation et Airbus vont réaliser ensemble la première étude commune de concept au profit du programme européen de Système de combat aérien futur (SCAF). - V.Almansa-Dassault Aviation

Paris et Berlin ont posé ce mercredi les premières briques du système d'avion de combat du futur (SCAF). Les deuxd pays ont octroyé les premières études aux industriels (Safran, MTU, Dassault, Airbus) de ce projet décisif pour l'Europe de la Défense.

Le programme du système de combat aérien du futur (SCAF) se concrétise. Les ministres française et allemande de la Défense, Florence Parly et Ursula Von Der Leyen, ont octroyé ce mercredi le premier contrat, une étude de concept commune aux avionneurs Dassault Aviation et Airbus pour le SCAF.

La date de démarrage de cette étude de deux ans est fixée au 20 février 2019. Cette étude commune vise à conceptualiser les différentes capacités du SCAF et à jeter les bases de leur définition et industrialisation future, en vue d’une capacité opérationnelle complète à l’horizon 2040.

Le système d’armes prévu "se composera d’un avion de combat de prochaine génération ultra performant collaborant avec un ensemble d’armements à la fois nouveaux et revalorisés, et d’un essaim de systèmes sans pilote (drones) interconnectés par un Cloud de Combat et un écosystème intégré dans une architecture dédiée de type systèmes de systèmes" expliquent les deux avionneurs français. Il sera connecté à des avions, des satellites, des systèmes de l'OTAN et des systèmes de combat terrestres et navals.

SCAF.jpg
SCAF.jpg © La ministre des Armées Florence Parly en présence de son homologue allemande Ursula Von Der Leyen. Thomas Samson-AFP

Les motoristes français Safran et allemand MTU Aero Engines ont conclu de leur côté un partenariat pour mener conjointement les activités de développement, de production et de services du nouveau moteur qui propulsera l'avion, lors d'une visite des deux ministres sur le site de Gennevilliers de Safran. Cet accord, sous forme d'une lettre d'intention, définit "qui fait quoi" autour du moteur du SCAF.

"C'est la toute première brique d'un édifice prodigieux" a déclaré Florence Parly à l'occasion de cette visite d'un site industriel du motoriste aéronautique français. "La France et l'Allemagne approfondissent encore davantage leur coopération au profit de nos deux pays mais aussi de l'Union européenne tout entière", a déclaré pour sa part Ursula Von Der Leyen.

Et si le développement du Scaf s'effectue sous pilotage français, "c'est clairement un projet européen et son ouverture à d'autres partenaires fait sens lorsque le moment sera venu", a-t-elle ajouté.

Frédéric Bergé avec AFP